Au Festival de Cannes, la politique s’invite à la cérémonie de clôture

Clément Vaillant
Les frères Dardenne, Michael Moore ou encore le réalisateur Ladj Ly ont profité de la cérémonie de Cannes 2019 pour faire passer des messages politiques.

FESTIVAL DE CANNES - Alors que le rideau s’est refermé sur la 72e édition du Festival de Cannes ce samedi 25 mai, plusieurs personnalités du cinéma ont profité de la cérémonie de clôture pour adresser des messages très politiques, comme le montre notre vidéo en tête d’article.

Les frères Dardenne ont fait passer un message pour la tolérance en début de cérémonie. Les cinéastes belges ont remporté le prix de la mise en scène pour “Le Jeune Ahmed”. Dans leur dernier film, ils plongent le spectateur dans le quotidien d’un jeune musulman âgé de 13 ans qui tombe progressivement dans le fanatisme.

Sur la scène du Palais des Festivals, ceux qui ont déjà remporté la Palme d’or en 1999 et 2005 ont tenu à rappeler la mission du cinéma. “Dans ces temps sombre et difficiles ou les populismes identitaires et les crispations religieuses montent, nous avons voulu filmer un appel à la vie, à la différence et à l’ouverture vers l’étranger car c’est aussi la vocation du cinéma,”ont-ils déclaré face au gratin du cinéma. 

La pique de Michael Moore à Trump 

Michael Moore était de retour à Cannes pour remettre le Prix du jury. Celui qui a remporté la Palme d’or en 2004 avec “Fahrenheit 9/11” a profité de sa présence pour envoyer une pique à son ennemi favori, Donald Trump. ”Pablo Picasso disait que l’art est un mensonge qui nous fait saisir la vérité. Et bien comme on dit en Amérique, Trump est le mensonge qui nous permet d’autres mensonges”, a-t-il ironisé, déclenchant les rires dans la salle.

Le réalisateur américain a remis le prix du jury ex-aequo au film coup de poing “Les Misérables” et à “Bacurau”. Le réalisateur français Ladj Ly raconte dans dans son premier long-métrage les violences policières dans les banlieues.

“Mon film parle des rapports entre les différentes communautés dans ce territoire. Le seul ennemi en commun qu’il y a entre ces habitants et les policiers, c’est la misère”, a réagi Ladj Ly, avant de dédier son prix ”à tous les misérables de France et d’ailleurs”.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post