Avec "Moi aussi", Judith Godrèche poursuit son combat au Festival de Cannes

Le Festival de Cannes a continué mercredi sur sa lancée, braquant ses projecteurs sur les femmes fortes du cinéma avec le prequel de "Mad Max", "Furiosa", et le combat de l'actrice française Judith Godrèche, fer de lance du mouvement #MeToo dans l'hexagone.

Un jour après avoir célébré les icônes féminines du cinéma lors d'une cérémonie d'ouverture pleine d'émotion, la 77e édition du Festival de Cannes a ouvert le bal, mercredi 15 mai, avec une masterclass de Meryl Streep et une première série de films mettant des femmes à l'honneur.

La star hollywoodienne, qui a reçu une Palme d'or honorifique mardi, a raconté des anecdotes intimes sur sa carrière et a évoqué les progrès considérables réalisés par les femmes dans l'industrie du cinéma lors de sa rencontre avec les festivaliers. "Les plus grandes stars du monde sont actuellement des femmes", a-t-elle déclaré, soulignant que si ses premiers rôles ont tant marqué les esprits c'est "parce qu'elle était la seule femme" de ces films.

La course à la Palme d'or a débuté plus tard dans la journée avec "Diamant brut" de la française Agathe Riedinger, seul premier film de la compétition, dont seulement quatre ont été réalisés par des femmes. Une œuvre qui explore les thèmes de la féminité, de l'obsession de la beauté et du rôle des influenceurs sur les réseaux sociaux.

"Moi aussi" marque une nouvelle étape du combat de Judith Godrèche pour dénoncer les violences faites aux femmes.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Meryl Streep, Juliette Binoche et un soupçon de #Metoo en ouverture du Festival de Cannes
Parité dans le cinéma : le festival de Cannes 2024 en "régression" par rapport à 2023
#MeToo, menaces de grève... le Festival de Cannes s'ouvre dans un contexte de tensions