Au fait, c’est quoi un césar ?

© Johanna Geron/Reuters

Les césars sont les principales récompenses du cinéma français, remises chaque année fin février. Vendredi soir, le film La Nuit du 12, les acteurs Virginie Efira et Benoît Magimel ont été les grands vainqueurs de l’édition 2023. Mais les césars, ce sont aussi de lourdes statuettes de bronze qui portent le nom de leur concepteur, le sculpteur César (1921-1998).

Georges Cravenne, créateur de l’Académie des arts et des techniques du cinéma, voulait rendre hommage à Marcel Pagnol et eut l’idée de s’associer à César, un autre artiste marseillais. Clin d’oeil supplémentaire : l’un des volets de la « trilogie marseillaise » de Pagnol se nomme César (1936). Ce dernier personnage était incarné par l’acteur Raimu à qui la toute première cérémonie, en 1976, était aussi dédiée. Enfin, Cravenne, en bon communicant, s’amusait du rapprochement phonétique entre les mots « césar » et « oscar », revendiquant ainsi un lien de filiation entre les deux cérémonies.

Retrouvez ici l’ensemble de nos antisèches

Le trophée est à l’image des oeuvres célèbres du sculpteur, spécialiste de compressions d’objets métalliques. César a d’abord créé un personnage enroulé d’une pellicule de film. Mais ce premier modèle, trop proche de l’oscar américain selon ses détracteurs, n’a pas emporté l’adhésion et, pour la deuxième cérémonie, en 1977, l’artiste a conçu une deuxième compression, finalement adoptée. Avoisinant les 3,6 kilos, ce bloc de bronze poli – ce qui lui donne cet aspect doré – fait 29 centimèt...


Lire la suite sur LeJDD