Au-delà d'Astrazeneca, ces nouveaux vaccins qui pourraient changer la donne

Matthieu Balu
·Journaliste sciences video au HuffPost.
·1 min de lecture
Au-delà d'Astrazeneca, de nombreux autres attendus dans les prochaines semaines et prochains moins pourraient changer la donne et éviter les couacs dans le calendrier vaccinal. (image d'illustration) (Photo: Yulia Reznikov via Getty Images)
Au-delà d'Astrazeneca, de nombreux autres attendus dans les prochaines semaines et prochains moins pourraient changer la donne et éviter les couacs dans le calendrier vaccinal. (image d'illustration) (Photo: Yulia Reznikov via Getty Images)

CORONAVIRUS - Au-delà de la polémique. Alors que le vaccin du Britannique Astrazeneca a été approuvé ce vendredi 29 janvier par l’Agence européenne du médicament, les nuages s’amoncellent autour de ce traitement préventif du Covid-19. Retards techniques, accusations de favoritisme au profit de la Grande-Bretagne, données insuffisantes sur les patients âgés et les nouveaux variants... autant d’obstacles, à une distribution dans les temps des doses annoncées par le gouvernement pour le mois de février.

Et si l’on ajoute les difficultés de Pfizer pour assurer ses propres livraisons, les objectifs de vaccination annoncés par le ministre de la Santé Olivier Véran se sont brutalement tassés. De 4 millions de personnes attendues fin février, on est ainsi passés à 2,5 millions (à avoir reçu une dose) après la mise en garde d’Astrazeneca. Pour autant, protéger l’ensemble de la population, soit 70 millions de personnes, d’ici la fin du mois d’août n’est pas encore hors de portée: plusieurs candidats sont à l’orée d’une autorisation de mise sur le marché, chacun avec leurs atouts.

Curevac, le plus attendu

Il y a d’abord la manifestation supplémentaire de la réussite allemande dans le domaine de la vaccination: la société de biotechnologie Curevac (basée à Tubingen, dans le Bade-Wurtemberg) est sur le point d’être un pari payant pour la Commission européenne. En novembre, Bruxelles concluait un accord pour la livraison de 400 millions de doses, et cette fois pas question de querelles diplomatiques.

En effet, après que Curevac a été approché par Donald Trump au cours de l’année 2020...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.