Au Danemark, une forteresse viking prête à conquérir les touristes

Vue aérienne de la forteresse viking circulaire de Trelleborg, à Slagelse, au Danemark, le 1er juin 2024 (Olivier FENIET)
Vue aérienne de la forteresse viking circulaire de Trelleborg, à Slagelse, au Danemark, le 1er juin 2024 (Olivier FENIET)

C'est une curieuse arène dans laquelle pénètrent les visiteurs du site viking de Trelleborg au Danemark : l'immense enceinte de terres gazonnées entourent ce qui semble être un vaste champ symétriquement partagé.

L'ensemble, récemment inscrit au patrimoine mondial de l'humanité, ne paie pas de mine mais pourrait devenir une attraction touristique de premier plan, prouvant encore une fois que les Vikings n'étaient pas seulement de sanguinaires guerriers mais aussi un peuple raffiné capable d'ouvrages architecturaux élaborés.

"C'est un endroit unique, au même titre que les pyramides et la muraille de Chine", assure à l'AFP la directrice du site, Anne-Christine Larsen.

Ici, s'élevait il y a plus de mille ans l'une des forteresses circulaires d'Harald à la Dent bleue, célèbre pour avoir, à la fin du Xe siècle, christianisé le pays scandinave aux frontières alors très malléables, et des siècles plus tard, donné son nom à la technologie Bluetooth.

"C'est très impressionnant", s'émerveille une touriste norvégienne de 57 ans, Inger Steen. Férue d'histoire, elle a fait une pause sur la route de Copenhague à une centaine de kilomètres de là.

"On peut rentrer à l'intérieur de la forteresse et remarquer l'emplacement des maisons, ça permet d'imaginer à quoi cela peut avoir ressemblé il y a 1.000 ans", enchérit un autre visiteur, l'Allemand Malte Seils, 45 ans, en vacances avec sa femme et leurs deux filles adolescentes.

"On apprend comment les gens menaient leur vie dans le passé, à quoi ressemblait leur quotidien et comment la société a évolué", affirme-t-il. "Parfois, ce qui reste aujourd'hui nous lie" au passé.

Et si certains ont du mal à se projeter, maquettes et illustrations présentent le site tel qu'il était avant de tomber dans l'oubli. Le musée national du Danemark, qui l'entretient, a prévu de reconstituer l'un des remparts et trois maisons allongées pour mieux permettre aux visiteurs de s'imprégner du lieu.

- Haro sur les Vikings -

Et le nombre de visiteurs ne cesse de grimper, passant de 29.000 à 75.000 en 10 ans, grâce à la popularité des reconstitutions Vikings.

"Nous sommes devenus un site du patrimoine mondial de l'Unesco en septembre 2023. Dès le premier mois, nous avons constaté que le nombre de visiteurs avait augmenté de 65%", note Mme Larsen.

"Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à vouloir en savoir plus sur les Vikings (...), je suis sûre que (les séries) +Vikings+ et +Game of Thrones+ jouent un rôle très important", s'amuse-t-elle.

A Jelling, un autre site Viking plus à l'ouest, la fréquentation a doublé entre 2014 et 2023, passant de 200.000 à 400.000 touristes.

Découvert en 1934 alors que des habitants voulaient transformer le lieu en circuit de courses de motos, le site de Trelleborg, avec ses 136 mètres de diamètre et 31 maisons longues, est le plus important des cinq forteresses circulaires inscrites au patrimoine mondial de l'humanité.

"C'est une construction entièrement géométrique, stratégiquement placée mais aussi une tentative d'Harald à la Dent bleue de rassembler le pays. On a ici le symbole de la formation de l’État", développe la directrice du site.

Construites à la hâte autour de 975 pour contrer une éventuelle attaque du Saint Empire germanique, les forteresses, où vivaient des soldats et leurs familles, sont abandonnées après une vingtaine d'années.

"C'est ce qui arrive à beaucoup d'installations militaires à travers le temps: elles semblent être une bonne idée, leur construction parait même relever de l'urgence à un moment donné puis les choses changent et d'un coup, elles ne servent plus à rien", explique l'archéologue Søren Sindbaek, de l'université d'Aarhus.

Selon lui, l'inscription des forteresses sur la liste de l'Unesco, près de trente ans après celle des pierres runiques de Jelling, devrait permettre d'éclairer le public sur la complexité de l'époque et réévaluer l'image des guerriers nordiques.

"Les Vikings sont censés être des maraudeurs primitifs et cela ne ressemble pas à des maraudeurs primitifs, c'est un monument tout à fait extraordinaire et les gens seront certainement initiés à cette partie de l'histoire."

cbw/nzg/law/clr