Au débat de la présidentielle, les plans de coupe sont loin d'être anodins

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Lors du débat d'entre-deux-tours en 2017, Marine Le Pen avait été mise en difficulté par ces plans de coupe. (Photo: CAPTURE D'ECRAN TF1)
Lors du débat d'entre-deux-tours en 2017, Marine Le Pen avait été mise en difficulté par ces plans de coupe. (Photo: CAPTURE D'ECRAN TF1)

Lors du débat d'entre-deux-tours en 2017, Marine Le Pen avait été mise en difficulté par ces plans de coupe. (Photo: CAPTURE D'ECRAN TF1)

PRÉSIDENTIELLE 2022 - Un sourire moqueur, les yeux levés au ciel, des mains plongées dans des dossiers... Autant de détails que les caméras de TF1 et France 2 avaient capté en 2017 lors du débat d’entre-deux-tours de la présidentielle. Des mimiques qui avaient notamment trahi Marine Le Pen, dont la prestation avait été jugée peu convaincante, voire ratée.

Cinq ans plus tard, les deux candidats se retrouvent à nouveau face-à-face ce mercredi 20 avril à 21h sur TF1 et France 2. Et les règles en matière de réalisation ont évolué, à la demande des candidats, notamment ces fameux plans de coupe que vous verrez beaucoup moins à l’écran.

Les plans de coupe (ou plans d’écoute) sont ces images qui montrent la réaction d’un candidat pendant que son adversaire s’exprime. Elles permettent de faire passer un message non verbal, parfois très percutant, comme ces sourires ironiques d’Emmanuel Macron en 2017. Le candidat En Marche se moquait alors des propos de Marine Le Pen qui évoquait ses liens avec François Hollande, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Lors du même débat, ces plans avaient également montré Marine Le Pen fouillant dans une pile de dossiers de couleurs étalés sur son côté de la table. Une scène qui donnait parfois l’impression que la candidate FN était mal préparée à cette échéance, voire dépassée par la situation.

Un usage très encadré en 2022

Cinq ans plus tard, Marine Le Pen fait tout pour ne pas revivre un tel débat. En coulisses, ses équipes, comme celles d’Emmanuel Macron, se sont activées pour que l’usage de ces plans de coupe soit davantage encadré. Ce qu’ont accepté TF1, France 2 et le réalisateur de la soirée, Didier Froehly.

“Pour rassurer les candidats, je leur ai proposé de limiter ces plans quand un candidat tient le regard de son adversaire”, a-t-il expliqué à nos confrères du Parisien. “On pourra voir un petit sourire narquois ou un signe d’agacement. Mais on ne cherche pas à les piéger. Voir l’un ou l’autre regarder ses fiches, ça ne veut rien dire. Il ou elle peut être paumé ou simplement vérifier un chiffre pour appuyer là où ça fait mal.”

Quand Mitterrand redoutait aussi les plans de coupe

La crainte des plans de coupe n’est pas nouvelle en politique. François Mitterrand avait lui aussi demandé à qu’ils soient bannis après son débat avec Valéry Giscard d’Estaing en 1974. François Mitterrand avait alors estimé que ces plans d’écoute l’avaient mis en difficulté, comme dans la séquence ci-dessous.

Le candidat socialiste avait demandé en 1981 à son conseiller réalisateur, Serge Moati, de négocier avec le camp adverse afin que ces plans soient supprimés. Il craignait d’être décrédibilisé au cas où VGE se mettrait à rire lorsqu’il présenterait une proposition. Ce qui avait été accepté, devenant même la norme jusqu’au 3 mai 2017, date à laquelle ils ont été réutilisés pour la première fois dans un débat présidentiel.

Pour ce qui est du débat Macron-Le Pen, l’usage restreint des plans de coupe a été acté dans une charte de réalisation signée par les deux candidats à l’Arcom (ex-CSA). Cette demande des deux partis montre à quel point le rôle de réalisateur est crucial dans cette soirée.

D’ailleurs les équipes de Marine Le Pen ont récusé Tristan Carné, qui était aux manettes lors du débat d’entre-deux-tours en 2017. Tout comme Jérôme Revon, qui avait quant à lui réalisé la captation du grand meeting d’Emmanuel Macron à La Défense Arena, le 2 avril dernier, huit jours avant le premier tour. Au débat d’entre-deux-tours, l’image vaut autant que le message.

À voir également sur Le HuffPost: Toutes ces fois où Anne-Sophie Lapix a fait son travail face aux politiques

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles