Au Conseil de Paris, le groupe de Rachida Dati gêné par la transparence ?

·1 min de lecture

La commission de déontologie du Conseil de Paris fait le bilan. Dans son rapport d’activité 2020, disponible sur le site de la Ville, l’instance présidée par l’ancien magistrat Yves Charpenel livre quelques enseignements quant à la relation avec la transparence des 163 conseillers de Paris, élus (ou réélus) en juin dernier. En début de mandat, chacun d’entre eux avait signé une déclaration d’engagement à respecter des valeurs de “probité et d’impartialité”, ainsi qu’à se conformer aux obligations du code de déontologie de la Ville, établi en 2014. Parmi ces obligations : la transmission aux Sages de la commission d’une déclaration d’intérêts (profession de l’élu, autres fonctions susceptibles de faire naître un conflit d'intérêts, participation financière au capital d’une société…) ayant vocation à être publiée sur le site de la Ville. Le code de déontologie précise par ailleurs que sur la base du volontariat, les élus sont également invités à communiquer leur déclaration de patrimoine à la commission en vue d’une publication sur le site Paris.fr. Ils peuvent néanmoins s’y opposer.

⋙ A lire aussi - Reconversion de Sibeth Ndiaye chez Adecco : le “oui, mais” du gendarme de la transparence

Lors de la précédente mandature (2014-2020) 100% des élus avaient transmis leur déclaration d’intérêts, et seulement 3 avaient refusé une publication en ligne. Par ailleurs, 95 des 163 conseillers de Paris (58%) avaient accepté la transmission (facultative) de leur déclaration patrimoniale. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : l’UE envoie "une lettre de mise en demeure" au Royaume-Uni
Italie, Allemagne, France… le Covid-19 inquiète de plus en plus, "verrouillage" en vue ?
Covid-19 : Laurent Wauquiez veut généraliser les purificateurs d'air dans les salles de classe
Nucléaire : bras de fer entre l’Iran et les Etats-Unis
Un impôt sur la fortune envisagé par l'administration Biden