Au CHU de Lille, un robot va produire des traitements de chimiothérapie

·1 min de lecture

Au centre d’une chambre stérile et surventilée, enfermé dans un box de verre, le bras articulé du robot saisit les composants de fabrication d’une poche de chimiothérapie. Pour la première fois en Europe, ce tout nouveau robot va préparer une partie des 60.000 traitements anticancéreux dispensés chaque année par le CHU de Lille. "Il fonctionne avec système de gravimétrie, c’est-à-dire de pesée de la dose. La machine va recalculer la quantité de médicament avec beaucoup de précision", explique Claude Sebag, de l’entreprise ARxIUM, conceptrice du robot.

Rapidité et précision

Dans quelques jours, ce robot pourra préparer 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 des traitements de chimiothérapie pour l'hôpital. "Avec ce système, on va améliorer la qualité des préparations qu’on délivre à nos patients", se réjouit le professeur Odou, responsable de la pharmacie du CHU. Il espère arriver à terme à fabriquer 60% de la production actuelle grâce à ces robots.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Des préparations plus précises et plus rapides à produire, qui améliorent aussi le confort des séances de traitement des malades, précise Michèle Vasseur, pharmacienne du CHU. "Il y a des jours où les patients attendent plusieurs heures leurs préparations de chimiothérapie. L’idée est d’anticiper certaines préparations standard pour réduire le délai d’attente des patients." Cette technologie permettra aussi à terme de libérer du temps pour la fabrication de traitements p...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles