Au Chili, 300 otaries envahissent la ville de Tomé

·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ANIMAUX – C’est une invasion insolite que vivent les habitants de Tomé au Chili. Plus de 300 otaries ont débarqué sur les plages de la ville et ne semblent pas vouloir repartir. Une colonie que les habitants connaissent déjà puisqu’un groupe de pêcheurs avaient rencontré ces animaux en pleine mer, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Selon les autorités locales, l’arrivée massive de ce groupe d’otaries sur la côte pourrait être causée par la présence d’orques, l’un des prédateurs naturels de ces mammifères, dans la baie. Les vents violents qui frappent la région de Bio Bio pourraient aussi être une explication.

Le 12 juin, un bateau de pêcheurs avait été pris d’assaut par des otaries cherchant à échapper à un groupe d’orques. La scène avaient été filmée par un membre de l’équipage.

Dans la ville de Tomé, aucun incident majeur n’a été enregistré jusqu’à présent. La ville balnéaire est située à environ 500 km au sud de la capitale du Chili, Santiago. L’arrivée des otaries semble même devenir une attraction touristique. Les autorités ont demandé à la population de ne pas nourrir ou approcher les animaux marins.

Les otaries sont des animaux protégés au Chili. Il y a environ 138.000 selon le dernier recensement effectué en 2019 par l’Université de Valparaiso. Les populations les plus importantes sont situées dans la partie sud du pays.

À voir également sur Le Huffpost: Naissance rare de pandas jumeaux dans ce zoo de Tokyo

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles