Au Centre Pompidou, «la grève pourrait durer»

Libération.fr

Quatrième jour de grève au Centre Pompidou. Jeudi matin, lors d’une assemblée générale, le mouvement social a été reconduit par un vote à l’unanimité, «moins trois abstentions», précise Jérôme Legavre, secrétaire fédéral FO. Une grève avait déjà été suivie le 9 mars. Cette semaine, la mobilisation a augmenté au fil des jours (200 personnes), montrant la détermination et l’union des deux syndicats majoritaires (FO, Unsa). La CGT, minoritaire, n’a pas suivi le mouvement. «On continue la mobilisation jusqu’à l’ouverture des négociations. La grève peut durer plusieurs semaines», selon Ollivier Melt, secrétaire Unsa.

Depuis lundi, Beaubourg a fermé ses portes pour s’opposer à un décret publié jeudi. En cause, le changement de statut du personnel. La loi de déontologie de 2016, qui veut réduire le nombre d’établissements avec une situation dérogatoire - c’est le cas de Beaubourg - entraîne de facto la modification du statut des salariés. Or ce changement - même s’il permet en principe à 800 personnes (sur 1 000 salariés environ à Pompidou) d’obtenir l’enviable statut de fonctionnaire - n’est pas forcément avantageux. Depuis la création du musée, il y a quarante ans, les agents, tous des contractuels, ont réussi à négocier une grille de salaires plus intéressante que celle des fonctionnaires classiques. Le changement de statut bloque ainsi la progression des salaires des catégories C tandis qu’il implique une baisse de salaire de 20 % pour les catégories A et B. Par ailleurs, les emplois du temps des agents d’accueil perdent en souplesse.

L’inquiétude des syndicats se porte aussi sur la différence de statut au sein des employés du Centre, division qui, à terme, pourrait fragiliser les emplois contractuels (par des externalisations par exemple). Selon une personne présente à l’assemblée générale, Bernard Blistène, directeur du musée national d’Art moderne, se serait montré «compréhensif», sans faire de déclaration. Mardi, la direction a dû annuler le dîner annuel des mécènes (...) Lire la suite sur Liberation.fr

La défense des handicapés par les handicapés
Enlèvement à Clermont Le père et le fils introuvables
Faudra-t-il le juger ?
Des médecins vent debout contre la très conservatrice Fondation Lejeune
Macron veut marcher dans les quartiers

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages