Au Canada, les francophones sont de moins en moins nombreux

Eric THOMAS / AFP

Le Canada, qui avait tenté de reporter pour une deuxième fois le Sommet de la Francophonie en Tunisie, va finalement participer à cette rencontre qui s’ouvre sur l’Ile de Djerba ce 19 novembre. Le Premier ministre Justin Trudeau y participe, ainsi que le Premier ministre du Québec François Legault. En théorie, le français et l’anglais constituent les deux langues officielles de cet immense pays. Dans les faits, les statistiques récentes tirées du recensement montrent clairement le déclin du nombre de francophones, même au Québec.

Avec notre correspondante au Québec, Pascale Guéricolas

Presque deux fois plus de Canadiens parlent le chinois, mandarin ou cantonais, que le français. Et très prochainement les langues du sous-continent indien devraient aussi coiffer au poteau la langue de Molière et de Gilles Vignault.

En très grande majorité, les nouveaux arrivants dans ce pays, qui veut accueillir 500 000 personnes par an, optent pour l’anglais. Au point que les francophones qui vivent en dehors du Québec ne représentent plus que 1,8% de la population, soit la moitié d’il y a 50 ans.

►À lire aussi : «Plus de 60% de ceux qui utilisent le français au quotidien se trouvent en Afrique»

Des cibles jamais atteintes

Officiellement, le gouvernement canadien répète que davantage d’immigrants vont parler français dans les prochaines années. Dans les faits cependant, les autorités ne parviennent jamais à atteindre les cibles volontairement choisies.


Lire la suite sur RFI