Au cœur de la polémique, l’entourage de Neymar nie l’organisation d’un réveillon géant

·2 min de lecture

Alors que plusieurs médias brésiliens annoncent que Neymar compte organiser un réveillon en présence de plusieurs centaines de personnes au Brésil malgré la pandémie, son entourage a nié auprès de l’AFP la tenue d’une telle fête.

Fête ou pas fête ? Le prochain réveillon de Neymar au Brésil est au cœur de la polémique. «O Globo» a affirmé ce week-end que le joueur du PSG avait l’intention d’organiser une fête de plusieurs jours, en présence d’au moins 500 personnes, dans une boîte de nuit éphémère installée chez lui. De quoi provoquer le scandale alors que le Brésil est l’un des pays les plus touchés par le covid-19. Si cet évènement n’est pas illégal – le président a pris peu de mesures restrictives pour lutter contre la pandémie – elle fait énormément parler. Lundi, la société chargée d’organiser la fête a répondu à «UOL Esporte» en apportant des précisions. Ce ne sont pas 500 mais 150 personnes qui devraient être présentes, le tout, assure-t-on, dans le respect des règles sanitaires. «La société précise également que l'événement privé, avec un accès exclusif pour les invités et sans vente de billets, se déroule avec toutes les licences des organismes compétents nécessaires à sa tenue», ont affirmé les organisateurs dans un communiqué.

"Il est avec sa famille, avec son fils et son physiothérapeute"

Mais l’avocat de Neymar, de son côté, a affirmé dans la soirée lundi que cette fête n’avait rien à voir avec le joueur et qu’il allait passer le réveillon en famille. «Non !!! C'est un événement Fabrica. Il n'a aucun rapport avec Neymar. Il est avec sa famille, avec son fils et son physiothérapeute», a-t-il assuré. Par ailleurs, la mairie de Mangaratiba, ville de 41.000 habitants qui a pris des mesures de restrictions pour éviter tout rassemblement lors des fêtes de fin d'année, a indiqué à l'AFP n'avoir reçu «aucune information au sujet de cette fête».

Le Brésil est l’un des pays les plus touchés par le nouveau coronavirus. Le président Jair(...)


Lire la suite sur Paris Match