Au cœur de l'ultra-Trail de Clécy, une course de l'extrême pour la science

·2 min de lecture

5, 4, 3, 2, 1 ! C’est parti ! 56 coureurs de l’extrême s’élancent dans le décor majestueux de la Suisse Normande à Clécy pour un ultra-trail de 156 kilomètres avec 6.000 mètres de dénivelé positif. Il ne s’agit pas d’une course comme les autres. Les finalistes n’auront pas de médaille et ne seront pas classés. Ils sont venus pour faire avancer la science. Du 11 au 14 novembre, ces 56 ultra-traileurs aguerris, dont 13 femmes, ont mis leur corps et leur motivation à l’épreuve pour qu’une soixantaine de scientifiques issus de 16 laboratoires puissent étudier et comprendre les mécanismes d’adaptation de l’organisme pour cette pratique sportive intense. Il s’agissait également d’en savoir plus sur les répercussions sur la santé de ces ultra-trails. Il faut dire que ces courses de l’extrême ont le vent en poupe. Ainsi, il y aurait 300.000 ultra-traileurs en France et 4.500 trails organisés par an. Un ultra-trail, c’est au minimum une distance de 80 kilomètres. Une distance qui ne fait pas peur aux participants de cette première mondiale, puisqu'ils ont participé pour la plupart aux ultra-trails les plus exigeants, comme la Diagonale des Fou à la Réunion, ou encore l’Ultra-trail du Mont Blanc. Face au développement de cette pratique, très peu d’études scientifiques ont été réalisées. Au final, on ne sait donc pas quelles sont ses conséquences sur la santé, ni comment l’organisme de ces athlètes s’adapte.

En plus de porter des capteurs biométriques, tous les 26 kilomètres les coureurs passaient des tests médicaux. Certains permettaient d’étudier l’évolution de leurs capacités cognitives et sensorielles. © Alexis Berg
En plus de porter des capteurs biométriques, tous les 26 kilomètres les coureurs passaient des tests médicaux. Certains permettaient d’étudier l’évolution de leurs capacités cognitives et sensorielles. © Alexis Berg

Une première mondiale

Pour en savoir plus, tous les 26 kilomètres, chaque coureur s’est transformé en rat de labo pour passer une quarantaine de tests durant 50 minutes. Des bénévoles leur posaient des questions sur leur perception de la fatigue et des douleurs éventuelles, sur leur alimentation. Ils pratiquaient également des examens biologiques poussés, avec...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles