Au Brésil, les "commanditaires" présumés du meurtre de l'élue Marielle Franco interpellés

La police brésilienne a lancé, dimanche, une vaste opération qui s'est soldée par l'arrestation des trois "commanditaires" présumés de l'assassinat de Marielle Franco. Opposée aux milices armées, cette avait été tuée en mars 2018 à Rio de Janeiro. Son décès avait suscité une onde de choc.

Le dénouement de l'affaire Marielle Franco. Les trois commanditaires présumés de l'assassinat en 2018 à Rio de Janeiro de l'élue, qui s'était dressée contre les milices, ont été arrêtés. La police fédérale (PF) a interpellé l'ex-chef de la police civile de Rio Rivaldo Barbosa, l'ex-conseiller de la Cour des comptes de Rio Domingos Brazao et son frère, le député Joao Chiquinho Brazao, a annoncé, dimanche 24 mars, la Cour suprême fédérale (STF).

Les trois hommes ont été désignés par Alexandre de Moraes, le juge du STF en charge de l'affaire, comme les présumés "architectes" de l'assassinat de l'élue alors âgée de 38 ans et de son chauffeur Anderson Gomes, le 14 mars 2018.

"Le crime a été orchestré par les deux frères et méticuleusement planifié par Rivaldo" Barbosa, a déclaré Alexandre de Moraes dans le document ordonnant leur placement en détention provisoire. Ils ont été placés sous les verrous dans une prison fédérale à Brasilia.

La police avait précédemment affirmé être munie de mandats pour arrêter à Rio un total de quinze personnes liées à cette affaire.

Mardi dernier, le ministre de la Justice, avait dit espérer une résolution "rapide" du cas, après une confession clé de l'homme accusé d'avoir tiré sur la victime.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Marielle Franco, un symbole de résistance au Brésil un an après son assassinat
Erica Malunguinho, élue de Sao Paulo : "Il est très dangereux d'être LGBT au Brésil"
Menacé de mort au Brésil, le député homosexuel Jean Wyllys vit désormais en exil