Au Brésil, le ministre de l'Environnement soupçonné de diriger un trafic illégal de bois

·1 min de lecture

La planète souffre du réchauffement climatique, et la main de l'homme y est pour beaucoup. Au Brésil, où la forêt amazonienne est de plus en plus fragile, Ricardo Salles, le ministre de l’Environnement, est soupçonné de trafic illégal de bois. L'affaire fait scandale car ce ministre est un très proche du président Jair Bolsonaro...qui avait récemment promis mettre fin à la déforestation illégale d'ici 2030.

Proche de Bolsonaro et climato-sceptique

Ricardo Salles est effectivement un membre de la garde rapprochée qui partage avec le président brésilien des positions climato-sceptiques extrêmes, c'est-à-dire une négation absolue des effets du réchauffement de la planète et un total mépris pour tout ce qui relève de la conservation de la nature.

Surtout, les deux hommes partagent la même conviction que la déforestation de la jungle amazonienne est une priorité économique qui permettra au Brésil de développer son agriculture. Une conviction tout à fait assumée par Jair Bolsonaro, qui aime à se faire surnommer le "capitaine Tronçonneuse" en référence à son grade dans la réserve militaire et à sa politique de déboisement.

Au mois d’avril dernier, ce sont 778 km² de forêt qui ont été rasés en Amazonie, soit le rythme de destruction le plus élevé depuis dix ans.

>> Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

35 mandats de perquisition pour trafic de bois

Mais ce que soulève désormais la justice ne relève plus du tout du débat d’opinion sur le développement agricole ou le dér...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles