Au Brésil, des milliers d'indigènes mobilisés cette semaine contre Bolsonaro

·2 min de lecture

Ces représentants de nombreuses ethnies veulent faire pression jusqu'à dimanche 29 août 2021 contre divers projets de loi du président d'extrême-droite qui menacent gravement leurs droits et leurs terres ancestrales.

Des milliers d'indigènes du Brésil, coiffes à plumes et tenues traditionnelles, se sont retrouvés lundi 23 août 2021 pour une semaine de mobilisation en plein coeur de Brasilia contre la politique du président Jair Bolsonaro, qu'ils accusent de menacer leurs terres ancestrales. Des indigènes avaient commencé à installer dès dimanche, à l'appel de la Coordination des peuples indigènes du Brésil (Apib), un campement de tentes de "Lutte pour la vie" où doivent se dérouler jusqu'à la fin de la semaine des "manifestations contre la politique anti-indigène" de Bolsonaro.

La "thèse temporelle"

Lundi matin, les membres de nombreuses ethnies aux tenues chatoyantes, beaucoup le corps peint, se sont retrouvés dans le calme près des sièges modernistes du pouvoir de la capitale - présidence, congrès et Cour suprême - chantant et dansant. La présence policière était faible, a constaté une journaliste de l'AFP. En juin dernier, des manifestations d'indigènes pour leurs terres à Brasilia avaient entraîné des heurts entre une centaine d'autochtones et la police. Trois manifestants avaient été blessés, de même que trois policiers, ces derniers par des flèches.

Les indigènes - qui étaient lundi en fin de matinée 4.000, de 117 ethnies différentes, selon l'Apib - comptent faire pression jusqu'à dimanche contre divers projets de loi qui, selon eux, menacent gravement leurs droits et leurs terres ancestrales, et particulièrement un jugement crucial de la Cour suprême. Au coeur des inquiétudes, le Projet de loi 490 (PL-490), soutenu par le gouvernement du président d'extrême droite et ses alliés, qui doit aller devant le Congrès. La question la plus polémique en est la "thèse temporelle" qui ne reconnaît comme ancestrales que les terres qui étaient occupées par les indigènes quand a été promulguée la Constitution, en 1988.

Or de nombreuses tribus ont été déplacées lors des soubresauts de l'histoire brésilienne, notamment sous le régime militaire (1964-85). De retour sur leurs terres, elles[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles