Au Brésil, Lula courtise lui aussi les évangéliques

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
PHOTO NELSON ALMEIDA/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans son opération de reconquête du Brésil, l’ancien président Lula (2003-2010), candidat du Parti des travailleurs (PT, gauche), ne compte pas négliger un électorat souvent pauvre mais conservateur, qui a voté largement, en 2018, pour l’actuel chef de l’État d’extrême droite, Jair Bolsonaro. C’est ce qu’explique El País América sous le titre : “L’offensive de Lula pour conquérir le vote évangélique”.

Les protestants évangéliques, qui représentent quelque 30 % de la population, ont été des alliés de premier ordre du bolsonarisme”. Bolsonaro, qui devrait encore être le principal adversaire de Luiz Inácio Lula da Silva à l’élection présidentielle d’octobre, avait récolté 70 % de leurs voix lors du scrutin qui l’a porté au pouvoir. Ils seraient toutefois bien plus partagés cette année. En cas de duel au second tour, d’après un sondage Datafolha, “47 % de ceux qui se déclarent évangéliques voteraient pour l’actuel président, contre 45 % qui opteraient pour le leader de la gauche”, indique El País.

La gauche a besoin de ces électeurs, comme l’a expliqué à Lula le pasteur Paulo Marcelo Schallenberger. “En 2018, il y a eu un processus de mythification de Bolsonaro, les pasteurs vedettes à la télévision l’ont transformé en messie. Quand j’ai vu tout ça, je me suis aperçu que si Lula n’effectuait pas un travail spécifique, ce vote se dirigerait à nouveau vers le bolsonarisme”, déclare-t-il à El País.

“Rebâtir des ponts”

Le même pasteur attend le feu vert du PT pour enregistrer des entretiens avec d’autres responsables religieux afin d’expliquer, dit-il, “que la gauche n’est pas contre la famille”.

Le candidat à la vice-présidence de Lula, Geraldo Alckmin, un catholique de la droite modérée qui a une bonne relation avec les conservateurs et les évangéliques, a été chargé “de rebâtir des ponts avec cet électorat”.

Fin juillet, un grand événement doit être organisé à São Paulo “en présence de Lula et de plus de 1 500 pasteurs de tout le pays”. L’ancien président se serait aussi entretenu “avec des responsables religieux assez polémiques”, dont le pasteur Sargento Isidório, partisan d’un “Jour de la fierté hétéro”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles