Au Brésil, pour l’investiture de Lula, une vague rouge attendue à Brasilia

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

INTERNATIONAL - Dans une ambiance de carnaval, des milliers de partisans de Lula affluaient ce dimanche 1er janvier vers l’esplanade des ministères de Brasilia pour assister à son retour officiel à la tête du Brésil. Élu au terme d’un scrutin serré en octobre dernier (51 % des voix), le président de gauche est attendu par 300 000 personnes pour son investiture. Parmi eux des fans, mais aussi des partisans de Jaïr Bolsonaro, qui continuent de nier leur défaite.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête de cet article, un groupe d’indigènes chantait par exemple en pleine danse traditionnelle, le corps recouvert de peintures tribales. D’autres jouaient de la guitare devant les tentes qu’ils ont plantées depuis des jours pour ne pas manquer la « cérémonie populaire » annoncée par le revenant de la politique brésilienne. Pour se frayer un chemin vers l’immense esplanade des Ministères, une file d’attente kilométrique attendait les Brésiliens.

Ils devaient ainsi passer par la fouille minutieuse du très strict dispositif de sécurité. Et pour cause : la cérémonie d’investiture est placée sous le signe du risque en raison des tensions toujours aussi fortes qui habitent le pays depuis le résultat du scrutin. Refusant de reconnaître la défaite de leur champion, les partisans de Jaïr Bolsonaro ont notamment campé pendant deux mois devant le quartier général de l’armée à Brasilia, pour réclamer une intervention militaire empêchant le retour au pouvoir de Lula. Dernièrement, des attentats et autres incidents n’ont fait que rajouter de l’huile sur le feu.

Pour éviter de nouvelles violences, un important dispositif de sécurité était prévu à Brasilia ce dimanche 1er janvier. En plus de cela, le port d’arme est prohibé à Brasilia jusqu’au 2 janvier et plus de 8 000 agents de sécurité assurent la sécurité de l’événement.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi