Au Botswana, la musique metal séduit un large public

The Conversation
Ne vous fiez pas à leur look ! S'ils portent vestes cloutées à franges et chapeaux de cow boy, ce ne sont pas des amateurs de musique country, mais bien des purs "métalleux". Ils se sont retrouvés au Botswana pour participer au 10e Overthrust Winter Metal Festival...

Au Bostwana, la musique metal se vit "façon longues vestes en cuir à franges et chapeau de cow-boys" ! Ce 23 mai 2019 à Ghanzi, capitale du désert du Kalahari, les "metalheads" ou "Marocks" comme ils se nomment, convergent de toutes les bourgades du pays pour le dixième Overthrust Winter Metal Festival. Pour la plupart, ils ont parcouru plusieurs centaines de kilomètres en voiture ou en bus. Un peu à l’écart, à même le sol, celui que l’on appelle HorneMan enfile son lourd costume à épaulettes, tout en cuir clouté à franges, chaînes et chaps (un vêtement de cavalier qui protège les jambes comportant une ceinture et des jambières) et de l’incontournable chapeau de cow-boy. Si dans le modeste community center résonnent la balance du concert et les riffs de guitare, un gospel endiablé échappé d’une maison proche improvisée en église domine l’ambiance sonore du parking où la consommation de bière va bon train, dans un drôle de mélange de métalleux et de religieux.

Flux culturels mondialisés

On ne manque pas d’éprouver une certaine surprise à se retrouver dans un festival de metal au beau milieu du continent africain. La mondialisation des échanges ne concerne pas uniquement les marchandises, mais également ce que Ulf Hannerz appelait déjà dans les années 1990 les flux culturels. Ces processus sont difficilement saisissables et le festival (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi