Au bord de l'extinction, ces oiseaux "oublient" peu à peu leur chant

·2 min de lecture

Les méliphages régents, oiseaux endémiques de l'Australie, sont à un pas de l'extinction. Les jeunes mâles peinent à trouver encore des tuteurs capables de leur enseigner le chant de leur espèce.

Le chant des méliphages régents (Anthochaera phrygia), ces oiseaux endémiques de l'Australie, se perd peu à peu. En cause, le déclin rapide de sa population qui lui fait "oublier" ce savoir nécessaire à la survie de son espèce.

Le chant, clé de la reproduction et de la défense du territoire

"Les cultures humaines, comme celles d'autres espèces, sont maintenues vivaces grâce aux interactions parmi les congénères. Le déclin de la densité d'une population pourrait être exacerbé par la perte de sa culture, liant ainsi la culture à la conservation", notent en préambule des chercheurs de l'Université nationale australienne dans une étude parue le 17 mars 2021 dans la revue . Le chant des oiseaux est donc qualifié de culture vocale, c'est-à-dire une "tradition évoluée qui a été maintenue grâce à une information partagée" entre des congénères. Les oiseaux chanteurs se familiarisent avec elle au début de leur vie, avec l'aide d'un tuteur. Cette culture est fixée vers l'âge de un an. De fait, les interactions précoces sont donc d'une importance capitale pour l'apprentissage de cette forme de communication. "Si le développement vocal est compromis par des interactions peu fréquentes avec des tuteurs appropriés, cela pourrait affecter le maintien de la culture vocale au niveau de la population", préviennent les chercheurs.

Car ce chant est la clé de la reproduction et de la défense du territoire. Chez les méliphages régents, seuls les mâles réalisent des chants complets. Les fils n'apprennent pas auprès de leur père car les mâles adultes ne chantent pas lorsqu'ils élèvent leur progéniture. Et ils chassent leurs petits avant de recommencer à chanter. Ce sont de vieux mâles qui vont leur enseigner la bonne mélodie.

Les méliphages régents sont, selon les données de l', en danger critique d'extinction à cause de la destruction de leur habitat. En combinant des données historiques, celles récoltées par des citoyens via la science participative et d'autres provenant de la surveillanc[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr