«Au Bataclan mon spectacle prend une autre dimension»

Libération.fr

Yassine Belattar, humoriste et agitateur de Libé, débarque ce jeudi au Bataclan pour une soirée.

La première phrase de votre spectacle, c’est : «Je fais allumer la salle, car si ça tire, je veux savoir d’où ça vient.» Vous allez commencer comme ça ?

Si j’ai le courage. J’ai joué cent fois ce spectacle, ce n’est pas maintenant que je vais changer le texte. Il faut être capable de traverser ses peurs. Pour moi, ce spectacle est une forme de psychanalyse post-attentat. C’était donc très important de le jouer là où cela s’est passé. Dans cette salle, il prend une autre dimension…

Vous n’avez pas eu la tentation de l’édulcorer ?

Non. Mais je suis un peu dans une position de funambule. Voir en grosses lettres sur le fronton du Bataclan le nom d’un musulman dont le métier est de faire rire me réjouit. C’est une fierté.

Quel est votre public ?

Il y a des femmes voilées, des bobos des quartiers chic, des Blacks de la banlieue, diplômés ou en galère… Mon public est plus générationnel qu’ethnique. Il ressemble à la France. A une France qui aime se faire chambrer.

On peut donc rire de tout avec tout le monde ?

Oui, mais à condition que ce soit drôle. Je ne fais pas un humour communautaire. Moi, je ne fais pas de blague sur l’islam en tant que religion, par contre je vanne les musulmans. C’est ma grande différence avec Charlie.

A lire en intégralité sur Libé.fr.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

150 %
«Les salariés ont de moins en moins confiance en Whirlpool»
«La clause dite "Molière" est "illégale" car contraire au droit européen relatif au détachement de travailleurs et à la libre prestation de services.»
Aubry envoie un courrier aux Lillois pour les enjoindre à voter Macron
A quatre jours du second tour, un virulent débat Macron-Le Pen

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages