Atterrissage de Perseverance sur Mars : "2,5 milliards de dollars vont se jouer en 6 minutes"

·2 min de lecture

Le 18 Février, la sonde de la NASA transportant le robot Perseverance arrivera sur Mars. A cette occasion, la Cité de l’Espace de Toulouse organise une soirée presse pour suivre la retransmission en direct, commentée par des experts français ayant travaillé sur le laser équipant la SuperCam. Olivier Sanguy, spécialiste de l’astronautique, nous décrit comment cette mission à plus de 2 milliards de dollars doit réaliser un sans-faute pour se poser.

Paris Match.Ou en actuellement est la sonde qui doit atterrir le 18 Février sur Mars ?
Olivier Sanguy. Elle aura parcouru 480 millions de kilomètres et va se poser avec une précision d’une dizaine de kilomètres. C’est prodigieux. C’est une arrivée directe, sans mise en orbite préalable. La NASA a décidé d’un jour, d’une heure même, et on ne peut pas en changer. D’où la variable d’ajustement de 10km, selon les conditions météorologiques le jour J. Car on ne connait pas la composition et la densité de l’atmosphère martienne à l’avance.

Et si une tempête de sable se déclenchait soudainement ?
La date d’atterrissage a été choisie car elles sont rares à cette époque. Un peu comme si on choisissait de se poser à la montagne en Aout, pour éviter la neige. En outre, l’ensemble est conçu pour affronter du mauvais temps. Et il ne faut pas oublier que des vents martiens à 220Km/h, l’atmosphère étant si peu dense, c’est l’équivalent d’une brise sur terre. Le plus problématique, dans un tel cas de figure, serait de soulever de la poussière et donc, de densifier l’atmosphère. Mais les capteurs à bord, notamment les radars qui ne sont pas optiques, sont installés pour s’adapter justement.

Les progrès de l’intelligence artificielle, par rapport à Curiosity en 2012, vont-ils jouer un rôle dans l’atterrissage ?
Dans le spatial, il faut trouver un compromis entre les technologies non éprouvées et les recettes connues. Il y a une intelligence informatique dans le système d’atterrissage mais on ne peut pas parler d’intelligence artificielle. Même si l’ensemble du système est forcément autonome car aucun pilotage n’est possible. Le signal téléradio met entre 10-12mn à parvenir à la terre, et autant pour repartir. Impossible de manœuvrer(...)


Lire la suite sur Paris Match