Attention aux composants toxiques cachés dans les engrais pour plantes vertes !

Avant leur commercialisation, les fertilisants destinés aux plantes vertes des particuliers doivent obtenir une autorisation de mise sur le marché délivrée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Tout engrais doit comporter la norme CE sur son étiquette. Chaque année, la Répression des fraudes effectue des contrôles et sanctionne les fabricants qui ne respectent pas ces obligations protégeant la santé humaine, animale et l’environnement. Les industriels ne sont pas tenus de détailler la composition exacte des fertilisants "grand public". En revanche, la plupart mentionnent, en pourcentage sur les emballages, la répartition des trois composants principaux. Ainsi les fertilisants dits "NPK" affichent en général le code 14-7-17 pour 14 % d’azote (N), 7 % de phosphore (P) et 17 % de potassium (K), qui reste la composition la plus commune.

Ce gaz est indispensable à la croissance des végétaux, notamment de leur "partie aérienne", c’est-à-dire leurs feuilles, tiges et éventuellement leurs fleurs. Sans cet élément, les plantes en pot risquent de jaunir, les fleurs rester petites et sans couleur… Certains engrais basiques peuvent d'ailleurs ne contenir que de l'azote. Mais, attention : il demeure un toxique qui, très concentré ou utilisé pur, peut engendrer des brûlures, irriter les voies respiratoires et polluer les sols. Il est aussi très inflammable.

Essentiel, il aide à la bonne croissance des racines et favorise la régularisation et la redondance de la floraison. Sans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quels sont les bénéfices de la voiture à hydrogène ?
Peut-on prévoir les tornades ?
L’incroyable manière dont les orchidées nourrissent leur progéniture
Recyclable, biodégradable et compostable : quelles sont les différences ?
Comment identifier un terrier de serpent dans votre jardin ?