Attention, la campagne fait du bruit : un panneau dans un village français devient viral

Pour se moquer des touristes, le maire d’un village du sud de la France a installé un panneau les mettant en garde contre les bruits qu’ils peuvent entendre sur place. Publiée le 5 juillet, la photo du panneau est devenue virale sur les réseaux sociaux. Tout visiteur aux oreilles sensibles arrivant dans le village de Saint-André-de-Valborgne est prévenu : “Vous pénétrez à vos risques et périls” dans un “village français”. La photo du panneau, publiée le 5 juillet par le maire, Régis Bourelly, sur son compte Facebook, a été partagée plus de 30 000 fois. Moqueur, l’édile y dresse la liste des bruits susceptibles d’être entendus dans cette commune du Gard de 400 habitants : “Des clochers qui sonnent régulièrement”, “des coqs qui chantent très tôt”, “les cloches des troupeaux qui vivent à proximité”, les tracteurs “des agriculteurs qui travaillent pour vous donner à manger”… Régis Bourelly a expliqué à France Bleu Gard Lozère avoir pensé à installer ce panneau après avoir été interpellé par des touristes parisiens l’été dernier : “Ils sont venus me voir parce que la cloche sonnait quinze fois, parce que le coq chantait, parce que les chiens du voisin aboyaient”. Car c’est bien aux vacanciers ou aux néo-ruraux que s’adresse l’avertissement : “Si vous ne supportez pas ça, vous n’êtes pas au bon endroit". Le succès de cette initiative est un exemple parmi d’autres concernant les “nuisances sonores” à la campagne, telles que le procès du coq Maurice, sur l’Île d’Oléron (Charente-Maritime), évoqué notamment dans le New York Times. Le gallinacé est accusé de chanter trop fort par des vacanciers propriétaires d’une résidence secondaire située à côté de son poulailler. Sa propriétaire, très soutenue sur les réseaux sociaux, a comparu devant le tribunal d’instance de Rochefort le 4 juillet. La décision sera rendue le 5 septembre. Par ailleurs, en mai, l’appel du maire de Gajac (Gironde), une commune de 380 habitants – qui souhaite que les “bruits de la campagne” soient reconnus comme “patrimoine national” –  a reçu le soutien d’une pétition signée par plus de 20 000 personnes.

Pour se moquer des touristes, le maire d’un village du sud de la France a installé un panneau les mettant en garde contre les bruits qu’ils peuvent entendre sur place. Publiée le 5 juillet, la photo du panneau est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Tout visiteur aux oreilles sensibles arrivant dans le village de Saint-André-de-Valborgne est prévenu : “Vous pénétrez à vos risques et périls” dans un “village français”. La photo du panneau, publiée le 5 juillet par le maire, Régis Bourelly, sur son compte Facebook, a été partagée plus de 30 000 fois.

Moqueur, l’édile y dresse la liste des bruits susceptibles d’être entendus dans cette commune du Gard de 400 habitants : “Des clochers qui sonnent régulièrement”, “des coqs qui chantent très tôt”, “les cloches des troupeaux qui vivent à proximité”, les tracteurs “des agriculteurs qui travaillent pour vous donner à manger”…


Régis Bourelly a expliqué à France Bleu Gard Lozère avoir pensé à installer ce panneau après avoir été interpellé par des touristes parisiens l’été dernier : “Ils sont venus me voir parce que la cloche sonnait quinze fois, parce que le coq chantait, parce que les chiens du voisin aboyaient”.


Car c’est bien aux vacanciers ou aux néo-ruraux que s’adresse l’avertissement : “Si vous ne supportez pas ça, vous n’êtes pas au bon endroit".

Le succès de cette initiative est un exemple parmi d’autres concernant les “nuisances sonores” à la campagne, telles que le procès du coq Maurice, sur l’Île d’Oléron (Charente-Maritime), évoqué notamment dans le New York Times. Le gallinacé est accusé de chanter trop fort par des vacanciers propriétaires d’une résidence secondaire située à côté de son poulailler. Sa propriétaire, très soutenue sur les réseaux sociaux, a comparu devant le tribunal d’instance de Rochefort le 4 juillet. La décision sera rendue le 5 septembre.

Par ailleurs, en mai, l’appel du maire de Gajac (Gironde), une commune de 380 habitants – qui souhaite que les “bruits de la campagne” soient reconnus comme “patrimoine national” –  a reçu le soutien d’une pétition signée par plus de 20 000 personnes.