Publicité

Attention à ces publications qui prétendent que les enfants amish sont "les plus sains" du monde

Les Amish, présents principalement en Amérique du Nord, vivent dans des communautés en partielle autonomie, suscitant régulièrement fantasmes et rumeurs sur les réseaux sociaux. Parmi ceux-ci, des messages très relayés en plusieurs langues affirment que les enfants de ces communautés seraient "les plus sains du monde" car non vaccinés, citant une prétendue étude de la "Vaccine Safety Research Foundation". Mais l'AFP n'a trouvé aucune trace de cette prétendue étude, et le fondateur de cette organisation, qui remet régulièrement en cause l'efficacité de la vaccination contre le Covid-19, a lui-même démenti auprès de l'AFP avoir réalisé de telles recherches. Par ailleurs, plusieurs épidémiologistes ayant travaillé sur les Amish ont expliqué à l'AFP que les données tendent à montrer que leur espérance de vie et leur état de santé sont généralement similaires à ceux du reste de la population, tout en soulignant que certains Amish choisissent par ailleurs de se faire vacciner.

"C'est officiel, les AMISH sont le peuple le plus en santé en Occident. Aucun vaccin, masque, OGM, autisme, myocardite, TDAH, rien", assure la légende d'une publication sur X relayée plus de 1.000 fois depuis le 20 mars, diffusant une image d'un article intitulé : "Les Amish officiellement déclarés 'les enfants les plus sains du monde' après avoir rejeté les vaccins des grandes sociétés pharmaceutiques".

Des allégations similaires ont été diffusées sur Facebook, sur Telegram et sur des blogs, et ont aussi circulé en espagnol et en anglais.

<span>Capture d'écran prise sur X le 28/03/2024</span>
Capture d'écran prise sur X le 28/03/2024

Mais ces allégations trompeuses reposent sur des données introuvables. Les experts interrogés par l'AFP soulignent que les données connues montrent plutôt que l'espérance de vie des Amish est similaire à celle de la population générale aux Etats-Unis.

Les Amish

Les Amish (lien archivé ici) sont une communauté religieuse chrétienne, dont les racines remontent à la Réforme, survenue au XVIe siècle en Europe. Ils ont émigré en Amérique du Nord aux XVIIIe et XIXe siècles pour fuir des persécutions en Europe.

Des communautés amish sont aujourd'hui installées aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique.

En 2023, les Amish étaient 378.190, avec les plus larges communautés installées dans les Etats américains de Pennsylvanie, de l'Ohio et de l'Indiana, selon un recensement publié sur un site qui propose des ressources universitaires sur les Amish.

Ils suivent un certain nombre de règles qui visent à les séparer du monde extérieur. Ces dernières peuvent varier selon les communautés, mais incluent généralement le rejet de toutes "commodités modernes", dont font partie l'utilisation de télévisions, de radios, d'ordinateurs ou de voitures, ou encore l'éducation du niveau secondaire et l'accès à l'université.

Des rumeurs trompeuses visant à remettre en cause l'utilité des médicaments ou de la vaccination utilisent régulièrement de façon trompeuse le mode de vie des Amish. En 2021, l'AFP avait par exemple déjà vérifié des rumeurs trompeuses en anglais prétendant que les Amish n'avaient pas été touchés par le Covid-19, malgré le fait qu'ils n'auraient pas suivi de mesures de distanciation sociale.

<span>Une calèche amish dans le comté de Lancaster, en Pennsylvanie, près de la ville de Bird-in-Hand, le 7 novembre 2022</span><div><span>Branden EASTWOOD</span><span>AFP</span></div>
Une calèche amish dans le comté de Lancaster, en Pennsylvanie, près de la ville de Bird-in-Hand, le 7 novembre 2022
Branden EASTWOODAFP

Aucune trace de l'étude

Les publications virales renvoient vers un article publié sur "The People's Voice", anciennement appelé "News Punch", un blog dont des articles véhiculant des allégations fausses ont déjà été vérifiés par l'AFP à plusieurs reprises, comme ici, ici ou .

La seule source mentionnée dans l'article est une "étude de la Vaccine Safety Research Foundation (VSRF)", une organisation créée par Steve Kirsch, un homme d'affaires américain dont des déclarations trompeuses sur la pandémie de Covid-19 et les vaccins ont aussi déjà été vérifiées par l'AFP (comme ici ou ).

L'AFP a effectué une recherche sur Google avec les mots "Amish Declared 'World's Healthiest Children'" (les propos que nous vérifions traduits en anglais), mais n'a pu trouver aucune étude portant ce nom.

Nous avons également effectué une recherche avec la même expression sur le site de la VSRF, sans résultat non plus.

Selon les messages sur les réseaux sociaux, la prétendue étude aurait aussi révélé que le taux de mortalité liée au Covid-19 dans les communautés amish est "90 fois inférieur" à celui du reste de la population américaine, qui est vaccinée, porte des masques et a suivi des confinements.

En effectuant des recherches Google avec ces termes ainsi que le nom de Steve Kirsch, on peut retrouver l'une de ses interventions (lien archivé ici) avec un comité d'"experts médicaux" dans une salle du Sénat de l'Etat américain de Pennsylvanie, publiée le 9 juin 2023 sur la page du sénateur du 33e district de Pennsylvanie, Doug Mastriano.

Steve Kirsch affirmait notamment qu'il avait parlé à des membres de la communauté amish du comté de Lancaster, en Pennsylvanie, et qu'il aurait appris que "seuls cinq membres de la communauté étaient décédés des suites du coronavirus".

C'est cette "discussion" qui l'aurait mené à conclure que les Amish "mouraient à un rythme 90 fois inférieur au taux de mortalité dû à l'infection aux Etats-Unis".

Il ajoute aussi dans la même intervention que les enfants amish ne souffrent pas non plus de cancer, de diabète, d'autisme, de maladies auto-immunes et de toute une série d'autres affections. "On ne trouve aucune de ces maladies chroniques chez les Amish", assure-t-il.

Il ne mentionne néanmoins pas l'existence d'une étude qui aurait montré que les enfants amish sont "les enfants les plus sains" parce qu'ils ne sont pas vaccinés. Interrogé par l'AFP à ce sujet, Steve Kirsch a démenti avoir un lien avec cette affirmation.

"Je n'ai pas fait cette déclaration. Je n'ai RIEN à voir avec cet article", a-t-il assuré.

Il a cependant maintenu ses propos concernant le taux de mortalité dû au Covid-19 dans la communauté amish, et renvoyé un lien vers un article sur le sujet qu'il a signé.

Mais cette allégation trompeuse qui estimait que des chiffres officiels montraient une très faible mortalité liée au Covid-19 chez les Amish, par rapport au reste de la population avait déjà fait l'objet d'un article de vérification de l'AFP en juillet 2023.

En réalité, les données disponibles ne permettaient en réalité pas de tirer ces conclusions et montraient plutôt que les Amish avaient aussi été touchés par la pandémie, menant même à des pics de décès.

Pas d'étude générale sur le sujet, selon des experts

Trois experts interrogés par l'AFP ont confirmé qu'il n'existe selon eux aucune étude qui confirmerait que les Amish sont "les enfants les plus sains du monde" - des termes qui ne correspondent par ailleurs pas à une formulation scientifique.

Braxton D. Mitchell, un épidémiologiste qui travaille depuis plus de 25 ans avec et sur la communauté amish, a déclaré qu'il n'avait connaissance d'aucune étude ayant comparé de manière exhaustive la santé des enfants amish à celle des enfants non amish.

Son confrère Alan R. Shuldiner, chercheur en médecine à l'université du Maryland, est du même avis.

L'épidémiologiste et chercheuse à l'université de l'Illinois Chicago Katrine L. Wallace a ajouté que l'affirmation "semble s'être mélangée à des commentaires faits par Kirsch en 2023, selon lesquels les enfants amish, parce qu'ils n'étaient pas vaccinés, ne présentaient aucun cas de cancer, de diabète ou d'autisme", et qui ne reposent pas sur des données scientifiques.

Selon elle, des recherches scientifiques rigoureuses n'auraient par ailleurs en aucun cas exprimé de certitude absolue en ces termes très larges, mentionnant les enfants "les plus sains du monde".

Les scientifiques étudient plutôt certains paramètres, comme les taux de certaines maladies, de façon indépendantes, et n'utilisent pas d'indicateur général qui pourrait déterminer qu'une population est plus "saine" qu'une autre.

Elle ajoute également que bien que les Amish soient connus pour leur mode de vie communautaire, leur nourriture principalement issue de cultures, l'absence d'écrans, de drogues, de tabac ou d'alcool dans leur quotidien, leur espérance de vie n'est pas significativement plus élevée que celle de la population américaine en général.

Braxton Mitchell a aussi ajouté que des recherches (lien archivé ici) menées par son équipe ont montré que les taux de mortalité chez les adultes amish sont à peu près les mêmes que dans la population générale aux Etats-Unis.

Dans une autre étude (lien archivé ici), ils ont néanmoins conclu que les adultes amish ont des taux plus faibles de diabète et d'hypertension. "Nous attribuons cela à leur mode de vie plus actif", a-t-il expliqué.

Quant aux enfants, a ajouté le chercheur, les études qu'ils ont menées confirment qu'ils ont tendance à être plus minces que les enfants non amish. Encore une fois, "nous pensons que cela est dû à leur mode de vie actif et à leur utilisation minimale des ordinateurs et des appareils électroniques", illustre-t-il.

Une étude parue en 2016 dans le New England Journal of Medecine (NEJM) (archivée ici) suggère pour sa part la possibilité que les enfants des communautés amish soient également moins victimes d'asthme, l'hypothèse étant que la poussière de maison aiderait leur système immunitaire à se développer.

Certains Amish se font vacciner

Enfin, les trois spécialistes interrogés par l'AFP rappelle aussi que si certaines communautés amish sont défiantes envers la vaccination, il y a aussi des communautés dont les membres choisissent de se faire vacciner.

Katrine Wallace indique qu'une étude publiée en 2011 dans le Journal of Pediatrics (archivée ici) avait d'ailleurs montré que seuls 14 % des Amish interrogés ne vaccinaient pas du tout leurs enfants.

"Ils sont moins vaccinés que la population générale, mais ils sont loin d'être une population entièrement non vaccinée", a déclaré M. Wallace.