Publicité

Attentats de Trèbes et Carcassonne : un des accusés interpellé chez lui au lendemain de l'ouverture du procès

Au deuxième jour du procès des attentats de Trèbes et Carcassonne en 2018, le président de la cour d'assises spéciale a annoncé que Baghdad H., 35 ans, avait été interpellé « à son domicile de Saint-Étienne », a fait savoir Le Parisien. La veille, l'accusé qui devait comparaître libre sous contrôle judiciaire ne s'était pas présenté à l'ouverture du procès à Paris. Le président de la cour, Laurent Raviot, avait ordonné lundi un mandat d'amener contre lui.

Ce proche de Radouane Lakdim, le terroriste abattu par les gendarmes du GIGN le 23 mars 2018, jugé pour un délit connexe, devrait être devant la cour ce mardi après-midi, après un entretien avec son avocat, Me Jérémie Boccara, a précisé le président. Il se trouve d'ailleurs actuellement dans les locaux du tribunal a indiqué L'Indépendant. La cour devra ensuite décider s'il restera sous contrôle judiciaire ou s'il sera placé en détention le temps du procès, pour assurer sa comparution.

À lire aussi Julie Grand, l'otage sauvée par Arnaud Beltrame

Au total, sept personnes sont jugées devant la cour d'assises spéciale, dont cinq pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et deux pour des délits connexes. Aucun n'est jugé pour « complicité » des crimes commis par Radouane Lakdim, qui avait tué quatre personnes, dont le gendarme Arnaud Beltrame. Parmi les accusés, se trouvent notamment Marine Pequignot, la petite amie de Radouane Lakdim à l'époque (elle avait alors 18 ans), très radicalisée, Samir Manaa, ...


Lire la suite sur LeJDD