Attentats de Paris : plainte d'un indic contre la gendarmerie et les douanes

Libération.fr
Cérémonie d'hommage deux ans après la mort de la policière Clarissa Jean-Philippe, tuée par Amédy Coulibaly en janvier 2015 à Montrouge.

Figure de l'extrême droite lilloise, mis en examen pour trafic d'armes, Claude Hermant est détenu depuis plus de deux ans. Des armes utilisées par Amedy Coulibaly lors de l'attentat contre l'Hyper Cacher et une policière à Montrouge seraient passées entre ses mains.

Claude Hermant, figure de l’extrême droite identitaire lilloise en détention provisoire depuis près de deux ans et demi pour trafic d’armes, et ancien indicateur de la gendarmerie et des douanes, a déposé plainte contre trois gendarmes et deux douaniers. La semaine dernière, cet ancien barbouze et ancien membre du service d’ordre du Front national de 54 ans avait été entendu dans le cadre de l’enquête sur l’attentat contre l’Hyper Cacher et le meurtre de la policière Clarissa Jean-Philippe à Montrouge (Hauts-de-Seine). Aucune charge n’avait été retenue contre lui pour ces deux affaires, mais il reste mis en examen dans le cadre du trafic d’armes lillois.

La plainte est sur le bureau du procureur de la République de Lille depuis le 28 avril, annonce Me Maxime Moulin ce mardi. Dans cette procédure, il accuse les services du ministère de l’Intérieur de «mise en danger de la vie d’autrui», la vie de Claude Hermant, en l’occurrence. Sans qu’on sache dans le détail en quoi les gendarmes et les douaniers ont mis en danger leur ancien informateur – son avocat se contente de signaler que le métier d’indic est «dangereux» –, on comprend que cette plainte est une sorte de contre-attaque du mis en examen envers l’Etat. «Nous réclamons la fin du secret défense. Les rôles sont inversés, explique Maxime Moulin au nom de son client incarcéré à la prison d’Annœullin, c’est la solution que nous avons trouvée pour avoir la vérité». Selon l’avocat, qui s’appuie sur un article de Mediapart publié en mars 2017, Claude Hermant avait prévenu la gendarmerie qu’un convoi d’armes était de passage à un péage d’autoroute entre Lille et Paris, mais la gendarmerie n’aurait réussi à intercepter qu’un véhicule sur deux. (...) Lire la suite sur Liberation.fr

«J’ai supprimé le support papier pour mes élèves»
«Ne jouons pas la démocratie à la roulette russe»
Vote des détenus
Mode
Les magasins Tati vers une vente à la découpe

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages