Attentats en Nouvelle-Zélande: derrière le tueur, l'ombre d'Anders Breivik

1 / 2

Attentats de Christchurch: le mari d'une victime se dit prêt à pardonner le tueur

"La meilleure chose, c'est le pardon, la générosité, l'amour et l'affection, avoir une attitude positive", estime cet homme, dont l'épouse défunte aidait des fidèles à se sauver de la mosquée ciblée par le tueur.

Quelques heures seulement après le double attentat qui a fait une cinquantaine de morts dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, le profil du principal suspect se dessine peu à peu. En effet, le mode opératoire  et les motivations apparentes de la tuerie semblent porter la marque de l'extrémiste de droite norvégien Anders Behring Breivik, dont les crimes ont fait des émules à travers le monde.

Un carnage à l'arme à feu, des victimes incarnant le multiculturalisme, un "manifeste" censé justifier le massacre au nom d'une idéologie identique, des inscriptions sur les armes...Les similitudes, nombreuses, rappellent les attentats perpétrés huit ans plus tôt par Breivik.

Dans un document de 73 pages diffusé sur Twitter, le tireur de Christchurch -- un "violent terroriste extrémiste de droite" australien, selon le Premier ministre australien Scott Morrison, affirme qu'il "s'est véritablement inspiré du Chevalier Justicier Breivik".

"J'ai eu seulement un bref contact avec le Chevalier Justicier Breivik, et reçu une bénédiction pour ma mission après avoir contacté ses frères chevaliers", écrit-il dans une phraséologie semblable à celle du Norvégien.

Anders Breivik avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011, en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, puis en ouvrant le feu sur un rassemblement de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utøya.

Reprochant...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi