Attentats de janvier 2015 : de 4 à 30 années de prison ferme pour les 11 accusés

·2 min de lecture

Après plus d’une journée et demie de délibéré, la cour d’assises spéciale de Paris a rendu son verdict, ce 16 décembre, peu après 16 heures. Les cinq magistrats ont gagné leur siège, et un silence de plomb a empli la salle d’audience. Le président, Régis de Jorna, robe rouge bordée d’hermine, a parlé, en prélude, des grands absents de ce procès, les frères Kouachi et Amédy Coulibaly. Il a eu quelques mots sur la manière dont leurs tueries des 7, 8 et 9 janvier 2015 témoignent de « leur volonté de porter la terreur au cœur des sociétés occidentales. » Puis il a énoncé les peines des onze accusés, une par une. L'orageux Ali Riza Polat se voit condamné à 30 années de prison ferme pour sa complicité des tueries perpétrées par le trio terroriste, en raison de « son rôle particulièrement actif et transversal » dans les préparatifs des attentats. Ses explications « peu crédibles » sur sa tentative de fuite en Syrie n'ont pas convaincu la Cour. À l’encontre de Nezar Mickaël Pastor Alwatik, ancien codétenu de Coulibaly, membre de la « secte de la buanderie » de la maison d’arrêt de Villepinte, la Cour prononce une peine de 18 années de réclusion, notamment en raison de la présence de son ADN sur une arme de Couliblay. Alwatik accueille cette condamnation les mains croisées, la tête penchée dans le box. Amar Ramdani, son ami, écope de 20 ans, pour sa recherche d’armes dans le cadre de la filière « lilloise » et pour son « soutien logistique incontestable et déterminant » au djihadiste...Lire la suite sur MarianneLe roi, la mosquée et l’attentatVienne : l’attentat oubliéChristophe Naudin, rescapé du Bataclan : "Après chaque attentat, il y a peu de place pour la complexité"Les derniers mystères des attentats du 13 novembre 2015Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg