Attentats de Paris : Salah Abdeslam a-t-il fui caché dans un meuble ?

Attentats de Paris : Salah Abdeslam aurait-t-il pu être arrêté à Molenbeek ?

C'est la RTBF qui avance cette hypothèse incroyable : l'homme le plus recherché d'Europe après les attentats du 13 novembre à Paris aurait pu prendre la fuite, dissimulé dans un meuble. Selon la télévision publique, deux jours après les attaques, Salah Abdeslam se trouvait vraisemblablement dans une habitation de Molenbeek, sa commune d'origine où il vivait avec sa famille. Mais il aurait tout simplement profité d'un déménagement pour prendre la fuite et tromper la surveillance de la police qui avait pourtant localisé sa cache.

Une fuite la nuit avant l'assaut ?

Toujours selon la RTBF, le 16 novembre au matin, les unités spéciales qui ont pris d'assaut un bâtiment de la rue Delaunoy ont donc raté de peu le terroriste présumé. Sur place, ils auraient retrouvé des indices qui laissent à penser que Salah Abdelslam s'est enfui dans la nuit, profitant par exemple d'un déménagement dans le quartier pour se dissimuler dans un meuble avant de se cacher dans un véhicule.

La police aurait attendu le matin pour intervenir

Et la RTBF pointe une autre faille : pourquoi l'opération de police n'a-t-elle pas été faite dans la nuit pour le surprendre ? En Belgique, selon la loi du 7 juin 1969, les perquisitions ne peuvent avoir lieu qu'entre 5 heures du matin et 9 heures du soir. Le Code d’instruction criminelle prévoit que la perquisition doit être ordonnée par un juge d’instruction en charge de l’enquête. Par conséquent, il n'était pas possible pour les forces de l'ordre du pays d'agir par surprise.

Rien ne prouve les affirmations de la RTBF, se défend le parquet belge

L'incompréhension est palpable. Le fait de ne pas pouvoir contourner la loi dans un tel cas d'extrême force majeure laisse certains commentateurs dubitatifs. Le parquet fédéral a tenu aujourd'hui à nuancer ces faits. "Nous avions une information indiquant que Salah pouvait ou avait pu se trouver dans l'habitation en question. Une perquisition a donc été effectuée et n'a rien livré. Affirmer qu'on n'a pas pu l'arrêter parce que nous ne pouvions pas effectuer de perquisitions entre 21h00 et 05h00 et qu'il s'est échappé durant cette tranche horaire, est une extrapolation." Par ailleur, selon un porte-parole du parquet fédéral, les enquêteurs n'ont trouvé dans la maison de Molenbeek aucune preuve de la présence de Salah Abdeslam, contrairement aux affirmations de la RTBF.

"À 15 minutes près, il aurait été dans notre base de données"

L'émission de la chaîne VTM Nieuws parle aussi d'un contrôle d'identité de Salah Abdeslam à la frontière sans que ce dernier soit arrêté. Selon le ministre des Affaires étrangères, Jan Jambon, il s'agit de "malchance". "On a eu de la malchance (...). À 15 minutes près, il aurait été dans notre base de données", a-t-il expliqué. Lors de son retour vers Molenbeek depuis Paris, le terroriste présumé a utilisé ses propres papiers lors du contrôle. Pour Koen Geens, "cela signifie qu'il n'a pas pensé revenir avec de faux papiers".

Ce contenu peut également vous intéresser :