Attentats de 2016 à Bruxelles : la cour ordonne le démontage du box des accusés

© BENOIT PEYRUCQ / AFP

La cour d'assises qui s'apprête à juger les dix accusés des attentats jihadistes de mars 2016 à Bruxelles  a ordonné vendredi le démontage du box compartimenté en cellules individuelles vitrées, estimant que ce dispositif "trop drastique" violait le droit à un procès équitable. Le box "dans sa configuration actuelle" doit être démonté "pour au maximum le 10 octobre 2022", la date prévue pour constituer le jury populaire, a précisé la présidente de la cour Laurence Massart. Les débats sont censés ensuite s'ouvrir le 13 octobre.

Cette configuration inédite en Belgique pour faire comparaître des accusés aux assises avait soulevé un tollé du côté de la défense lundi lors de l'audience préliminaire. Ces neuf boxes individuels fermés (un dixième accusé, présumé mort en Syrie, sera jugé en son absence) avait été comparés à des "cages". Le jihadiste français Salah Abdeslam , qui compte parmi les accusés, avait rapidement quitté l'audience dénonçant un procès "inéquitable" .

"Traitement inhumain"

A l'unisson, les avocats des accusés exigeaient la démolition de ces cellules vitrées, estimant qu'elles constituaient "un traitement inhumain et dégradant" pour leurs clients, et portaient atteinte à leur présomption d'innocence. Ils pointaient aussi du doigt des échanges rendus très difficiles de part et d'autre de la paroi.

 

>> LIRE AUSSIProcès de l'attentat de Nice : les images de vidéosurveillance seront diffusées jeudi

Ecartant le premier grief sur "le traitement inhumain", la...


Lire la suite sur Europe1