Procès des attentats du 13 novembre : la salle d’audience est prête

·1 min de lecture
C'est dans cette salle d'audience qu'à partir du 8 septembre seront jugés sous très haute surveillance les 14 accusés présents, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont frappé Paris et Saint-Denis et fait 131 morts, le 13 novembre 2015.
C'est dans cette salle d'audience qu'à partir du 8 septembre seront jugés sous très haute surveillance les 14 accusés présents, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont frappé Paris et Saint-Denis et fait 131 morts, le 13 novembre 2015.

Après plus d'un an de travaux, la gigantesque salle d'audience construite spécialement pour accueillir le procès « hors-norme » des attentats du 13 novembre 2015, qui s'ouvre en septembre, est prête, a appris l'Agence France-Presse, samedi 5 juin, auprès de la cour d'appel de Paris. Cette immense salle bâtie de toutes pièces et posée dans la Salle des pas perdus de l'historique palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité, pourra ensuite abriter d'autres grands procès. Elle a toutefois vocation à être déconstruite dans quelques années.

C'est dans cette salle qu'à partir du 8 septembre seront jugés sous très haute surveillance les 14 accusés présents, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont frappé Paris et Saint-Denis et fait 131 morts et des centaines de blessés sur les terrasses de bar, au Bataclan, et au Stade de France. Le procès doit durer environ huit mois.

À LIRE AUSSICe que coûte la détention de Salah Abdeslam

La salle mesure 45 mètres de long et 15 mètres de large. Devant les magistrats de la cour d'assises spéciale, des pupitres garnis de longs micros permettront à 24 avocats de la défense d'un côté, 42 de la partie civile en face, de s'installer. Les 11 accusés qui comparaissent détenus prendront place dans un long box unique et vitré, largement entourés de gendarmes. Les trois qui comparaissent libres seront installés sur des chaises ou strapontins devant eux. En face d'eux, les trois magistrats du Parquet national [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles