Attentats du 13 novembre : cinq ans après, la France toujours endeuillée

Nelly Leclerc a perdu son fils, Gilles, le soir du 13 novembre 2015, dans les attentats de Paris. Ensemble, ils tenaient une boutique de fleurs dans le Val-d'Oise. Cinq ans après, malgré les restrictions sanitaires, elle a parcouru 50 kilomètres pour venir se recueillir, comme d'autres proches des victimes, sur la stèle qui se trouve en face du Bataclan. "Parfois, je me sens un petit peu coupable de l'avoir laissé partir une heure ou deux avant la fermeture de la boutique pour qu'il soit à l'heure au concert", confie-t-elle. "Je ne vois pas comment on va s'en sortir" Stéphane Toutlouyan est un survivant. Il a été retenu en otage par les terroristes dans un couloir du Bataclan. "À ce moment-là, je pense que je vais mourir, se remémore l'informaticien. À plus ou moins longue échéance, mais je ne vois pas comment on va s'en sortir". Cinq ans plus tard, les rescapés et les proches endeuillés n'ont rien oublié de cette nuit d'horreur.