Attentats du 13-Novembre : Le chirurgien qui avait publié la radio d’une rescapée reconnaît une « faute morale »

POLEMIQUE - Le chirurgien qui avait publié la radio d’une rescapée du Bataclan admet une « faute morale »

Le cliché était estimé à 2.776 dollars sur le site. Il représentait une radiographie du bras d’une rescapée du Bataclan. Un chirurgien jugé pour avoir diffusé cette image sur un site de NFT (certificats numériques) a reconnu ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris « une faute morale », mais « pas professionnelle ».

Emmanuel Masmejean, chirurgien orthopédiste réputé à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris, est poursuivi pour violation du secret médical, détournement de la finalité d’un traitement de données à caractère personnel et divulgation illégale volontaire de données à caractère personnel nuisibles. Il lui est reproché d’avoir publié sur un site de vente d’objets numériques NFT une photo de la radio d’une femme blessée au Bataclan lors des attentats du 13-Novembre. On y voit un avant-bras transpercé par une balle de kalachnikov.

« Un moment extrêmement douloureux » pour la victime

Le chirurgien avait accompagné le cliché d’un commentaire indiquant que « cette jeune patiente » avait « perdu son petit ami dans cette attaque », soit « des éléments de vie privée de la patiente », a relevé la présidente du tribunal. Son procès s’est ouvert mercredi et a été renvoyé en continuation au 28 septembre après trois heures de débats animés parce que la salle d’audienc(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Attentats du 13-Novembre : Salah Abdeslam, transféré de France, a été incarcéré en Belgique
Attentats 13-Novembre : Prison avec sursis pour le « logeur » de Salah Abdeslam à Bruxelles à la fin de sa cavale
Attentats du 13-Novembre : « Soulagement » et « libération » pour les victimes à l’énoncé du verdict
Attentats du 13-Novembre : Dernières « excuses » et ultimes « regrets » pour les accusés avant le verdict
Paris : Huit hommes condamnés pour le vol d’un Banksy au Bataclan, « La jeune fille triste »