Attentat de Vienne : comment la police a fait appel à la population pour mener l'enquête

·1 min de lecture

C'est une technique d'investigation pour le moins originale. Alors qu'au moins un homme a tué quatre personnes lors de fusillades lundi soir dans le centre de Vienne, en Autriche, le doute persistait sur l'existence d'un éventuel second assaillant. Pour le lever autant que faire se peut, la police autrichienne a eu recours à une méthode inédite : demander à la population viennoise de lui faire parvenir toutes les vidéos et les photos prises pendant les neuf minutes qu'a duré l'attaque.

>> EN DIRECT - Attentat de Vienne : Suivez les toutes dernières informations

20.000 vidéos envoyées par les Autrichiens à la police

En quelques heures, c'est donc environ 20.000 vidéos qui ont été envoyées par les Autrichiens sur une plate-forme numérique spécialement mis en place. Les fusillades qui ont éclaté à six endroits dans la capitale autrichienne ont été filmées sous différents angles par des habitants qui s'étaient mis à l'abri. Mais malgré le grand nombre d'images, à aucun moment un éventuel second assaillant n'apparaît. 

Un assaillant qui a "trompé" le programme de déradicalisation

C'est pour cela que l'enquête sur cet attentat, revendiqué par l'État islamique mardi en début de soirée, se concentre sur l'assaillant âgé de 20 ans abattu par les forces de l'ordre. Né dans la banlieue de Vienne, il a été condamné à 22 mois de prison en 2019 pour avoir tenté de rallier la Syrie. Passé par le programme de déradicalisation autrichien, il a réussi à tromper tout le monde, gardant ...


Lire la suite sur Europe1