Attentat terroriste en Autriche : les habitants de Vienne sous le choc

Après la France, l’Autriche a à son tour été frappée par une attaque terroriste. Lundi 2 novembre, la capitale, Vienne, a été le théâtre d’une fusillade tragique en pleine rue, dans la soirée, qui a fait au moins quatre morts. Mardi 3 novembre, les cloches de l’ancienne église impériale ont sonné le glas. L’heure était au recueillement et aux hommages aux victimes. Le président de la République et le chancelier autrichien ont déposé des couronnes de fleurs à l’endroit où a été abattue l’une des victimes. D’habitude si paisible, Vienne a été frappée en plein cœur. "A quoi pensent ces gens ?" Traumatisé, le pays est partagé entre la colère et le fatalisme. "Je n’arrive pas à réaliser que c’est vraiment arrivé", lance une passante au lendemain du drame. "A quoi pensent ces gens ? Pourquoi ils se battent contre nous ? Pourquoi ils nous tuent ?", se demande pour sa part un Viennois encore sous le choc. Le terroriste abattu était muni d’une arme de poing et d’un fusil d’assaut. A quelques heures du confinement anti-coronavirus en Autriche, de nombreuses personnes ont réussi à prendre la fuite. La traque de l’assaillant a été courte. Il a été tué par les policiers. Les autorités recherchent toujours d’éventuels complices. L’attentat a été revendiqué par l’organisation Etat islamique.