Attentat/Stockholm: Tachkent avait prévenu de la radicalisation de l'auteur

Des policiers patrouillent à Stockholm le 9 avril 2017

Bichkek (Kirghizstan) (AFP) - L'auteur présumé de l'attentat de Stockholm avait été recruté par l'organisation Etat islamique (EI) et les autorités ouzbèkes avaient prévenu les services secrets d'un pays occidental de sa radicalisation, a annoncé vendredi le ministre ouzbek des Affaires étrangères.

Selon le ministre Abdoulaziz Kamilov, Rakhmat Akilov avait été "recruté" par l'EI alors qu'il se trouvait en Suède.

"En 2014, Rakhmat Akilov est parti à Stockholm où il a travaillé sur des chantiers de construction. (...) Pendant son séjour à l'étranger, il a été recruté sur internet par des émissaires de l'organisation terroriste Etat islamique", a-t-il déclaré lors d'un point presse à Tachkent.

"Il a encouragé ses compatriotes à partir en Syrie" pour rejoindre l'EI et il a "tenté de les persuader de perpétrer des actions violentes contre les autorités ouzbèkes", a affirmé le ministre ouzbek.

Ces "informations sur les actions de Rakhmat Akilov ont été transmises (...) à un de nos partenaires occidentaux pour ensuite informer la Suède", a-t-il poursuivi, sans indiquer à quel pays ces informations avaient été transmises.

"Le ministère des Affaires étrangères n'a pas reçu de telles informations", a déclaré pour sa part à l'AFP une porte-parole de la diplomatie suédoise, Victoria Bell.

Quatre personnes ont été tuées et 15 blessées le 7 avril quand un camion bélier a foncé sur l'artère piétonne la plus fréquentée de la capitale suédoise à une heure de forte affluence. Rakhmat Akilov, citoyen ouzbek de 39 ans arrêté quelques heures plus tard, a reconnu être l'auteur de cet attentat.

Mercredi, les agences de presse russes, citant une source policière ouzbèke, avaient affirmé que Rakhmat Akilov, Ouzbek mais appartenant à la minorité tadjike du pays, avait tenté de rejoindre l'EI en Syrie.

Selon cette source, il était visé par un mandat d'arrêt international émis par les autorités ouzbèkes, qui avaient ouvert à son propos une information judiciaire pour "extrémisme religieux".

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages