Attentat de la rue des Rosiers à Paris: 40 ans après, les victimes réclament toujours justice

Il y a 40 ans, un commando de terroristes attaquait un restaurant casher, rue des Rosiers, à Paris, faisant six morts et de nombreux blessés. Toute la lumière n'a pas été faite sur l'affaire et les victimes et leurs familles demandent à la justice française d’avancer.

Un hommage national a été rendu ce mardi aux victimes de l'attentat de la rue des Rosiers, dans le quartier juif de Paris, en présence pour la première fois d'un membre du gouvernement. De son côté, le président français Emmanuel Macron a tweeté : « Le 9 août 1982, rue des Rosiers à Paris, le restaurant Jo Goldenberg est la cible d'un attentat antisémite. 6 personnes y laissent la vie. 22 sont blessées. 40 ans après, nous n'oublions pas. »

L'explosion d'une grenade dans le restaurant Jo Goldenberg avait été suivie d'une fusillade dans le quartier juif historique du Marais. L'attentat a depuis été attribué au Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d'Abou Nidal, groupe palestinien dissident de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

« Je comprends que la justice soit lente, mais là, on est au-delà des temps bibliques, reprocheGuy Ariel Benarousse, l'un des rescapés de cet attentat. Il avait 16 ans en 1982. Quand ça met 40 ans, c'est que l’on ne voulait pas instruire l’affaire. Je veux des réponses simples, parce qu’on ne peut pas avoir des victimes qui vont arriver dans 30 ans et auront Alzheimer, et à qui l’on mettra une jolie médaille sur leur cercueil en disant que c’étaient des victimes. » Les victimes et leurs proches demandent également la levée du secret-défense de certains éléments de l'enquête.

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI