Attentat raté près de Notre-Dame : 30 ans de réclusion requis contre Inès Madani

·1 min de lecture
Inès Madani était jugée en appel devant la cour d'assises spéciale de Paris, près de cinq ans après un attentat manqué aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame.
Inès Madani était jugée en appel devant la cour d'assises spéciale de Paris, près de cinq ans après un attentat manqué aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame.

L'accusation a requis, ce vendredi 4 juin, trente ans de réclusion criminelle à l'encontre d'Inès Madani, jugée en appel devant la cour d'assises spéciale de Paris près de cinq ans après un attentat manqué aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame. L'avocat général a sollicité la confirmation de la peine infligée en première instance pour cette tentative d'« attentat de masse », mais demandé qu'elle soit assortie d'une période de sûreté des deux tiers à l'encontre de la djihadiste de 24 ans, « loin d'une déradicalisation », a-t-il estimé.

Inès Madani avait été condamnée en octobre 2019 à trente ans de réclusion, mais la cour d'assises n'avait pas prononcé de période de sûreté, notamment en raison de son jeune âge, 19 ans, au moment des faits. La jeune djihadiste, aujourd'hui âgée de 24 ans, avait fait appel, estimant cette peine excessive.

À LIRE AUSSIAttentats : les Français font l'admiration du monde

« Il me semble totalement inconcevable qu'elle puisse être condamnée à moins de trente ans de réclusion criminelle », a lancé le représentant de l'accusation, estimant que plus d'un an et demi après son premier procès, elle restait « loin d'une déradicalisation ».

Une explosion meurtrière évitée grâce à un mauvais choix de carburant

Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016, Inès Madani et une autre djihadiste, Ornella Gilligmann, condamnée définitivement à vingt-cinq ans de réclusion, avaient garé une voiture contenant six bonbonnes de gaz devant la terrasse bondée d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles