Attentat de Nice: un tueur au profil et aux motivations insaisissables

REUTERS/Eric Gaillard

Avant la reprise des audiences au procès des attentats de Nice, mercredi 2 novembre, retour sur les débats de la semaine dernière, entièrement consacrés à l’auteur de l’attentat, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, abattu par les forces de l’ordre après avoir tué 86 personnes au volant de son 19 tonnes. Malgré les nombreux témoignages entendus durant cinq jours, la personnalité et les motivations du tueur restent floues.

Était-il fou ? Déséquilibré ? Radicalisé ? C’est un exercice délicat auquel s’est livré la cour : décortiquer, a posteriori, la personnalité de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, pour tenter de comprendre son passage à l'acte meurtrier. Pour ce faire, des enquêteurs, ses parents, ses proches et plusieurs de ses liaisons se sont succédé à la barre. Ils ont dressé le portrait d’un homme aux multiples facettes, tantôt décrit comme « dépressif », « introverti », « sadique violent » ou « paranoïaque ».

Ses proches racontent d'abord une enfance et une adolescence âpre, dans une famille modeste de Msaken en Tunisie. Mohamed travaille dur auprès des animaux, développe des complexes. « Il se sentait méprisé par les autres enfants, car il n’était pas bien habillé, sentait mauvais », raconte son cousin.

►À écouter aussi : Grand Reportage - Attentat de Nice : paroles de victimes


Lire la suite sur RFI