Attentat de Nice : "surenchère" de propositions à droite pour lutter contre le terrorisme

·1 min de lecture

Invité d'Europe 1 vendredi matin, Christian Estrosi a réagi à l'attentat dans la basilique Notre-Dame de Nice, où trois personnes ont perdu la vie, jeudi. Il a demandé à ce que la Constitution soit modifiée pour "mener la guerre" contre le terrorisme. Le maire Les Républicains (LR) de Nice envisage même de sortir de l'État de droit et des principes dont le Conseil Constitutionnel et le Conseil d'État sont les gardiens. Même le Rassemblement National de Marine Le Pen n'envisage pas d'aller aussi loin.

Un "Guantanamo à la française"

Si Marine Le Pen appelle à une législation de guerre, elle estime qu'il faut rester dans l'État de droit. Mais ce n'est pas le cas pour certains politique LR. Le député de Nice, Eric Ciotti réclame par exemple un "Guantanamo à la française", c'est-à-dire une rétention administrative des fichés S, potentiellement dangereux, avant qu'ils commettent un crime.

Cependant, le Conseil d'Etat avait expliqué dès 2015 que de telles mesures seraient impossibles à mettre en œuvre dans un État de droit. La détention préventive est, selon les Sages, contraire à l'article 66 de la Constitution, selon lequel "nul ne peut être arbitrairement détenu". 

"La surenchère" de la droite

Alors, pour lutter contre ce qu'il appelle "l'islamo-fascisme", Christian Estrosi demande à modifier la Constitution. "Si on nous impose aujourd'hui de respecter les points de la Constitution qui ne sont pas adaptés à pouvoir mener la guerre en respectant la Constitution et bien, il faut modi...


Lire la suite sur Europe1