Attentat de Nice : l'enquête progresse, trois gardes à vue

L’auteur de l’attentat à la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice (Alpes-Maritimes), n'est toujours pas en état d'être interrogé par les policiers, dimanche 1er novembre. Grièvement blessé lors de son arrestation, son audition dépendra de son état à son réveil. "Il est manifestement venu là pour tuer, assure le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Comment expliquer, sinon, pourquoi il s'est armé de plusieurs couteaux à peine arrivé." Les téléphones expertisés Les enquêteurs cherchent à retracer son parcours. L'assaillant a effectué des repérages autour de la basilique, avant de passer à l’acte. Les enquêteurs interrogent tous ceux qui ont croisé sa route et deux hommes ont été interrogés avant d’être libérés dimanche soir. À Grasse (Alpes-Maritimes), une connaissance du tueur a été interpellée samedi. Ce Tunisien de 29 ans aurait fait le voyage avec l'assaillant depuis la Tunisie vers l'Italie. Deux autres personnes de 63 ans et 25 ans qui se trouvaient chez lui ont également été placées en garde à vue. Des expertises sont menées aussi sur les deux téléphones de l’agresseur.