Attentat de Nice: «j’aurais pas voulu être à un autre endroit», explique un pompier au procès

Il n'était pas de service le soir de l'attentat de Nice. Mais "j'aurais pas voulu être à un autre endroit", même si "c'était l'enfer", a raconté mardi au procès à Paris un pompier intervenu spontanément pour porter secours. Benoît Develey, médecin-pompier et urgentiste dans une clinique de Nice, se trouvait par hasard à proximité de la Promenade des anglais, le 14 juillet 2016. Lorsqu'il voit des victimes affluer, il prend son matériel toujours présent dans sa voiture et s'y rend, "en short, en T-shirt et en tongs", pensant avoir affaire à un "gros accident". Arrivé sur place, parmi les premiers secours, "c'était très étrange, c'était très calme", les gens "repartaient sans courir", une ambiance qu'il attribue à l'état de "prostration des victimes". "Il y avait des linceuls blancs partout, des victimes très abîmées" par le passage quelques minutes plus tôt du camion-bélier de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, qui a volontairement foncé sur la foule rassemblée sur la célèbre avenue niçoise p