Attentat de Nice : France Télévisions s’excuse après la chronique d’une humoriste

France Télévisions a été contraint de s'excuser après la diffusion d'une chronique humoristique déplacée sur l'auteur de l'attentat de Nice, qui a ôté la vie à 86 personnes le 14 juillet 2016 (photo d'illustration).  - Credit:Thomas Padilla / MAXPPP / Thomas Padilla/MAXPPP
France Télévisions a été contraint de s'excuser après la diffusion d'une chronique humoristique déplacée sur l'auteur de l'attentat de Nice, qui a ôté la vie à 86 personnes le 14 juillet 2016 (photo d'illustration). - Credit:Thomas Padilla / MAXPPP / Thomas Padilla/MAXPPP

Un humour qui ne passe pas. Comme l'a repéré Nice-Matin, France Télévisions a été contraint de s'excuser publiquement lundi 5 septembre après la diffusion dans Télématin de la chronique de sa nouvelle humoriste Alexandra Pizzagali, portant sur l'ouverture du procès de l'attentat de Nice. Celle-ci n'a en effet pas manqué de générer de vives réactions sur les réseaux sociaux.

« France Télévisions et les équipes de Télématin regrettent vivement qu'une chronique à vocation humoristique diffusée ce lundi ait heurté de nombreux téléspectateurs. Nous tenons à nous excuser sincèrement et exprimons toutes notre solidarité avec les victimes de l'attentat de Nice et leurs proches », a réagi le groupe public auprès de nos confrères.

Pour sa première à l'antenne, Alexandra Pizzagali a connu les pires difficultés avec une panne de prompteur et un sketch raté sur l'attentat de Nice, qui a coûté la vie à 86 personnes sur la promenade des Anglais le 14 juillet 2016. Alors que sa chronique « zéro censure » consiste à « élire le connard ou la connasse de la semaine », l'humoriste avait jeté son dévolu sur Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le conducteur du camion à l'origine du drame. Et le malaise a rapidement gagné les présentateurs et les téléspectateurs.

pic.twitter.com/S0hR2Li2Uw

— MalaiseTV (@malaisetele) September 5, 2022

À LIRE AUSSIProcès de l'attentat de Nice : face à la douleur, ni complice ni auteur

Une chronique coupée par la publicité

Car le portrait de l'auteur de l'a [...] Lire la suite