Attentat de Nice: les enquêteurs marqués par une "scène de crime hors norme"

Membre de l'équipe chargée des premières constatations après l'attentat de Nice, Thierry Pereira a fait revivre vendredi à la cour d'assises spéciale de Paris l'émotion de ces professionnels aguerris face à la "scène de crime hors normes" découverte sur la Promenade des Anglais.

Dans la zone où s'est immobilisé le camion-bélier de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, Tunisien de 31 ans tué par la police le soir de l'attentat du 14 juillet 2016, l'officier de police judiciaire a notamment dû extraire le corps d'un homme, coincé sous l'essieu des roues arrières de ce 19-tonnes.

Il s'agissait d'"Angelo d'Agostino, un Italien de 71 ans qui passait une semaine de vacances en France" et dont la compagne est également décédée dans l'attaque, précise le capitaine.

"J'ai parlé à ce monsieur pour m’'excuser de ce que j'allais faire", raconte le fonctionnaire de police en costume, conscient que la manœuvre allait "abîmer encore un peu plus" la dépouille.

Sur le côté du camion, probablement traîné sur plusieurs mètres par le véhicule, gît le corps d'"un adolescent en pantacourt", Ludovic R., 15 ans, Niçois venu assister ce soir-là au feu d'artifice avec sa famille. "Il a l'âge de mon fils", s'écrie l'une de ses collègues.

Sur l'écran de la salle d'audience, on voit un corps recouvert d'une housse mortuaire bleue, à la droite du camion. On distingue des trainées de sang sur la chaussée.

Une collègue du policier insistera pour que la dépouille de l'assaillant ne côtoie pas celle de victimes dans le véhicule transportant les corps à la morgue: il sera évacué en dernier.

Au total, 70 corps seront relevés sur la célèbre avenue niçoise, tout au long du parcours meurtrier, tandis que 16 autres victimes décéderont pendant leur transport ou à l'hôpital.

"Une scène de crime de 1.850 mètres de long", avait résumé jeudi Damien Delaby, officier de police judiciaire qui a coordonné les premières constatations.

"Nous sommes plutôt aguerris aux scènes de crime, mais nous n'avions jamais été confrontés à une telle scène", comparable à "une scène de guerre", a-t-il souligné.

La description du camion faite par Thierry Pereira témoigne de la violence des impacts multiples: le véhicule n'a plus de plaque d'immatriculation ni de calandre à l'avant, un garde-boue est tombé, de multiples "traces biologiques", du sang, des cheveux des victimes sont retrouvées sur la carrosserie.

Tout au long du parcours, aucune trace de freinage, mais des traces de pneus à deux endroits, indiquant que le conducteur a volontairement changé de trajectoire pour heurter des enfants devant un stand de bonbons puis des spectateurs d'un concert sur la zone piétonne de la Promenade.

abb-aje/cb/sla