Attentat de Nice : la communauté musulmane craint les amalgames

L’attentat terroriste qui a entraîné la mort de trois personnes dans une église à Nice (Alpes-Maritimes), jeudi 29 octobre, a meurtri le pays tout entier. De nombreux fidèles de confession musulmane affichent leur soutien et refusent les amalgames. Aux abords des mosquées, certains sont à la fois émus et gênés. "On doit se justifier, c’est ça qui fait mal. C’est vraiment vexant, c’est pesant", affirme un homme. "On veut prendre la communauté musulmane en otage" "Il faut qu’on montre que nous sommes solidaires, forts, ensemble. Ils veulent nous diviser ? Jamais ils n’y arriveront", martèle de son côté Hassen Chalghoumi, l’imam de la mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis). À Nice, les mêmes mots résonnent : rester unis quand le terrorisme veut déchirer la population. "On veut prendre la France en otage et on veut prendre la communauté musulmane en otage", estime Boubekeur Bekri, vice-président du Conseil régional du culte musulman de PACA.