Attentat de Moscou: Poutine impute l'attaque à des «islamistes radicaux» mais pointe toujours l'Ukraine

Pour la première fois, le président Russe Vladimir Poutine a accusé des « islamistes radicaux » d'être à l'origine de l'attentat survenu dans la banlieue de Moscou le 22 mars. Revendiquée par l'organisation État islamique, l'attaque du Crocus City Hall a fait au moins 139 personnes. Mais le dirigeant russe n'oublie pas Kiev.

Vladimir Poutine a affirmé ce lundi 25 mars que l'attentat de vendredi contre une salle de concert près de Moscou, revendiqué par l'organisation État islamique (EI), avait été commis par « des islamistes radicaux » qui selon lui ont ensuite tenté de fuir vers l'Ukraine.

« Nous savons que (ce) crime a été commis par des islamistes radicaux ayant une idéologie contre laquelle le monde islamique se bat lui-même depuis des siècles », a-t-il déclaré lors d'une réunion gouvernementale, évoquant ce lien pour la première fois, trois jours après la revendication de l'attaque par l'EI. « Nous savons qui a commis cette atrocité contre la Russie et son peuple. Ce qui nous intéresse, c'est le commanditaire », a-t-il ajouté.

Il a ensuite répété que les assaillants, après l'attaque qui a fait au moins 139 morts, selon un nouveau bilan, avaient tenté de fuir vers l'Ukraine avant d'être arrêtés.


Lire la suite sur RFI