Attentat meurtrier à Saint-Pétersbourg : le suspect originaire du Kirghizstan

France 2

L'enquête ouverte pour "acte terroriste" se poursuit ce mardi 4 avril, au lendemain de

l'explosion qui a fait au moins onze morts dans le métro de Saint-Pétersbourg en Russie. Les autorités kirghizes ont indiqué aujourd'hui qu'un kamikaze originaire du Kirghizstan serait à l'origine de l'attentat, un homme de 22 ans né au Kirghizstan et de nationalité russe. "Ce qui pose problème ici, c'est la nationalité du poseur de bombe. On sait qu'il vient du Kirghizstan. Dans cette ancienne république soviétique, on estime que 4 000 à 7000 personnes ont rejoint les rangs de l'État islamique en Irak et en Syrie", explique Jean-Claude Galli, en direct de Saint-Pétersbourg.

Le problème du retour des jihadistes

Ce que redoutent les autorités russes, c'est que ces gens reviennent en Russie. "On a ici un peu les mêmes problématiques que connaissent la France et la Belgique. En fait, c'est le problème du retour de jihadistes qui viendraient commettre des attentats en Russie", conclut le journaliste.

Retrouvez cet article sur Francetv info

DIRECT. Attaque chimique en Syrie : la Russie affirme que l'armée a frappé un "entrepôt" des rebelles abritant des "substances toxiques"
La Corée du Nord a lancé un missile balistique en direction de la mer du Japon
Attaque chimique en Syrie : "J'ai honte pour la communauté internationale"
Russie : ce que l'on sait d'Akbarjon Djalilov, l'auteur présumé de l'attentat du métro de Saint-Pétersbourg
Syrie : ce que l'on sait de l'attaque chimique qui a fait plusieurs dizaines de morts

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages