Attentat de Lockerbie: Un Libyen condamné par les États-Unis

par Mark Hosenball et David Shepardson
·1 min de lecture
ATTENTAT DE LOCKERBIE: UN LIBYEN CONDAMNÉ PAR LES ÉTATS-UNIS

par Mark Hosenball et David Shepardson

WASHINGTON (Reuters) - Les États-Unis ont inculpé lundi un Libyen, accusé d'avoir participé en 1988 à l'attentat de Lockerbie contre un avion de la Pan Am, qui a fait 270 morts dont 190 Américains.

Abou Agila Mohammad Massoud, un ancien haut responsable du renseignement libyen actuellement détenu en Libye, est déclaré coupable de deux chefs d'accusation liés à l'attentat.

Les responsables américains ont dit espérer que la Libye permettrait à Abou Agila Mohammad Massoud d'être jugé aux États-Unis.

Selon le département américain de la Justice, l'accusé a travaillé pour les services de renseignement libyens, notamment en tant qu'expert technique dans la construction d'engins explosifs, de 1973 à 2011 environ.

Le département de la Justice le soupçonne également d'être impliqué dans l'attentat à la bombe de 1986 perpétré dans la discothèque La Belle à Berlin, qui a tué deux militaires américains.

En 1991, deux autres officiers des services de renseignement libyens ont déjà été inculpés dans le cadre de cet attentat de Lockerbie : Abdel Baset Ali El-Megrahi et Lamen Khalifa Fhimah.

Megrahi, qui a toujours clamé son innocence, est mort en Libye en 2012, trois ans après avoir été libéré par le gouvernement écossais pour raison humanitaire après avoir été diagnostiqué d'un cancer en phase terminale.

Le Boeing 747 de la Pan Am, qui assurait la liaison Londres-New York, avait explosé au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie le 21 décembre 1988, avec à son bord principalement des ressortissants américains rentrant aux Etats-Unis pour les fêtes de fin d'année.

(Version française Anait Miridzhanian, édité par Jean-Michel Bélot)