Attentat de Las Vegas: Le tireur voulait acheter des "bump stocks" des mois à l'avance

Trois mois avant d'abattre 58 personnes et d'en blesser plus de 500 en octobre à Las Vegas, le tireur responsable de la pire tuerie de l'histoire des Etats-Unis avait envoyé des courriels dans lesquels il évoquait l'achat de "bump stocks", mécanisme qui permet à des armes semi-automatiques de tirer des centaines de balles à la minute, ont rapporté des médias américains. /Photo prise le 8 octobre 2017/REUTERS/Las Vegas Sun/Steve Marcus

FORT LAUDERDALE, Floride (Reuters) - Trois mois avant d'abattre 58 personnes et d'en blesser plus de 500 en octobre à Las Vegas, le tireur responsable de la pire tuerie de l'histoire des Etats-Unis avait envoyé des courriels dans lesquels il évoquait l'achat de "bump stocks", mécanisme qui permet à des armes semi-automatiques de tirer des centaines de balles à la minute, ont rapporté des médias américains.

Des "bump stocks" censément utilisés lors de la tuerie ont été retrouvés dans la chambre d'hôtel du 32e étage où Stephen Paddock avait tiré sur la foule rassemblée en contrebas pour le point d'orgue d'un festival de musique country organisé sur le boulevard Las Vegas Strip.

Les précisions laissant penser que l'attaque avait sans doute été planifiée des mois à l'avance figurent dans un dossier de plus de 300 pages communiqué par un juge fédéral du Nevada vendredi dernier, indique le Los Angeles Times, l'un des organes de presse qui ont cherché à obtenir la publication des documents.

Les documents en question ne permettent pas de savoir quel était le mobile du massacre, écrit le Los Angeles Times. L'auteur de la tuerie a mis fin à ses jours avant que les policiers n'atteignent sa chambre d'hôtel, le soir du massacre.

Après la tuerie, le président américain a déclaré en octobre que son administration allait étudier la pertinence d'une interdiction du dispositif qui permet à une arme semi-automatique de tirer en rafale.

"Nous allons étudier cela au cours d'un très court laps de temps", a déclaré Donald Trump à des journalistes qui l'interrogeaient sur une prohibition des "bump stocks". Le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a souhaité que les parlementaires étudient la réglementation.


(Bernie Woodall; Eric Faye pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages